Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Poésie, Littérature, Peinture, World music, Flamenco

older | 1 | .... | 175 | 176 | (Page 177) | 178 | 179 | .... | 183 | newer

    0 0
  • 12/31/18--07:51: UNE AUTRE ANNEE...
  • Une autre année se prépare à naître en musique sur la grande parodie de celle qui va s’achever bientôt dans le chant habituel des vœux gracieux distribués charitablement. Des vœux qu'on adresse à l'autre et dans lesquels l'on cherche nous-mêmes une place généreuse avec le rôle béni du séducteur soupirant de l'oligarchie des succès avidement espérés. Qu'importe ! Ma pensée va vers toi, solitaire. Tu ne sais si la nouvelle année va enfin te procurer le sésame des portes fermées ou alors te réserver de nouveaux naufrages. Oh, je sais, camarade, tu as des craintes parce que justement tu as des espérances. Tu vas vouloir sortir de bonne allure et plein de dévotions pour le réveillon de la Saint-Sylvestre, est-ce pour t'éloigner de la rive du passé que tu veux à jamais révolue ? Est-ce parce que tu penses que cette nuit sera particulière et qu'elle va t'enflammer d'une fièvre particulière qui anéantira le fâcheux souvenir de tes défaites ? Mais, camarade, chacun de tes souvenirs est une pâleur qui prend les couleurs dont tu disposes et qui sont tiennes à présent. Des couleurs que tu n'as pas à emprunter chez les autres. Ou alors, tu vas vouloir sortir pour te revêtir d'une joie fluide. Peut-être, la trouveras-tu dans l'arc du cupidon ? Peut-être que tu rentreras chez toi avec du vent dans les voiles, accompagné de zéphyrs trompeurs tourbillonnant dans tout ton être ?
    Ce qui est magique dans cette nuit est un mythe, camarade, c'est une nuit comme toutes les autres ! À moins que l'on appelle magie la force qu'elle a de nous rendre sourds aux souffrances des SDF que le froid abrège de son point final pour laisser à l'image télévisée le soin hypocrite d’annoncer que la mort avait effectué son shopping auprès du détaillant nommé trottoir. Les crochets des nuits glacées s’abattent sur des hères qui se nourrissent en notre ère d’ers de survie car fourbus dans l'aire de la faim aux airs de pitié sacrée à des fins de publicité. Ces anonymes que n’accroche pas la curiosité, si ce n’est qu’un jour par an. Cette curiosité burlesque qui avive la blessure des imbéciles volontiers assujettis qui n’ont mal que lorsqu’un prince est pris d’une quinte de toux. Oh, tu me diras, ce n'est pas parce qu’un prince crie la malédiction quand un moustique atterrit sur son bras que les ponts du diable s’écroulent sous les pieds des sans-abris. Je te dirai qu’il y a pire que la solitude.

    Pour les privilégiés par l’ADN, camarade, la saint Sylvestre sera en effet suivie d’effets magiques tout en luxure dans les parfums pimpants des jolies filles aux surnoms coquets, d’autres, comme toi, agiteront leur verge veuve sous le froc. Au final, tu retrouveras la réalité de toutes les brutalités des regards qui ont percé tes nuages quand tu les avais à portée de mains. La réalité va t’obliger à affronter de nouveaux orages de la vérité qui éclatera sous tes yeux face au vent ennuyeux de cette nuit que tu crois si particulière. Tu vas, alors, te rabattre sur la télé et ses troupeaux malades d'orgasmes, elle te prendra de ses films décadents dans le filet des pulsions mondaines où les elfes du X joueront la complaisance à te couper la chique tant tu t’entendras faire pataquès sur pataquès à chaque baiser minablement filmé en réponse à ta solitude.

    Seul, tu feras partie fine en goguettes silencieuses, tu vas t’empiffrer de bières avant de t’affaisser sur ton lit. Tu affectionneras à vau-l’eau les effluves du vin et l'appétence luxueusement polissonne de la nuit qui dégoulinera de rêves comme une mièvre pluie sur le plaid froissé de ta solitude.

    Au petit matin de premier jour de janvier, tu laisseras égarer ta vue au loin dans un morceau de ciel que tu t'es réservé avec une étoile dans ta retraite agitée d'une foi indicible et secrète. Tu te reprendras à l'espoir, il a l'avantage de rompre les nœuds les plus serrés de la solitude. Alors, tranquille dans le colloque sentimental que tu animeras avec toi-même, simplement avec toi comme interlocuteur anonyme, tu demanderas encore une fois de l’autre côté du miroir, quelle est ta place dans le destin.

     

     

    .

     

     

    DJAFFAR BENMESBAH

     

     

    .

     

    48487869_1994518510629239_5637757218725036032_n


    0 0
  • 12/31/18--08:57: IT'S TIME

  • Il nous faut maintenant nous ajuster au pas des dieux
    Et des héros, relever ce monde qui penche tout entier
    Vers l'abîme, faire revivre la dignité, effacer
    Les larmes et la crasse, avancer, repousser du bout du pied la hargne
    Qui nous colle aux semelles et nous englue, pauvres oiseaux,
    A nos idées et nos pauvres discours
    J'ai pouvoir d'inviter les morts à nos tables, qu'ils viennent,
    Vous tendant les bras, vous rassurant, nous avons fait
    Ce que nous avions à faire, nous fendant le cœur et criant
    Et les morts vous disent qu'ils sont fiers d'être à vos côtés
    Car il n'y a pas d'un côté la vie et de l'autre l'absence de vie mais
    Une chaîne de mains humaines immense qui s'enlacent
    Chaque maillon reconnaissant celui qui le précède et celui qui le suit
    Et laissant sur le côté de la route humaine celui qui ne peut pas tenir
    La main des autres et la serrer
    Comme si son sort dépendait de ses deux mains
    Celle qui va vers le passé celle qui creuse le présent
    Oh que je serre fort l'une et l'autre
    Oh que nous irons loin
    Il suffit de vouloir
    Et de tenir

     

     

    ! DIAMON~11

     

     

    ALEXO XENIDIS

     

     

    ! DIAMON~11

     

    Victor-Wang-human-experiences

    Oeuvre Victor Wang 


    0 0
  • 01/01/19--05:29: 2019....
  • happy,,


    0 0
  • 01/02/19--02:47: QUE LA VIE SOIT...
  • Que la vie
    Soit
    Ce Tout
    Et ce Rien
    Ce souffle
    Des secondes

    Elle n'est
    Déjà plus...
    Dans le premier rayon
    De lumière
    A la goutte
    De rosée
    Tout se pose
    Dans cet esprit
    Du Vivant
    A naître
    Et devenir poussière...
    Dans ce geste
    Du bleu sur le ciel
    Et la trace
    De ton pas
    Que la pluie efface
    Le temps
    Est ce silence
    Qui murmure,

    Dans le battement
    De ton coeur
    Entre hier et demain
    Il va
    Et s'abandonne
    A cette rivière
    De la vie
    Qui coule en toi...

     

     

    ! DIAMON~11

     


    PIERRE LEBRETON

    2018

     

     

    ! DIAMON~11

     

     

    ROSEE


    0 0
  • 01/02/19--02:49: PIERRE LEBRETON ...Extrait
  • Tout ce qui se dépose en nous, années après années sans que l'on s'en aperçoive : des visages qu'on pensait oubliés, des sensations, des idées que l'on était sûr d'avoir fixées durablement, puis qui disparaissent, reviennent, disparaissent à nouveau, signe qu'au-delà de la conscience, vit quelque chose en nous qui nous échappe mais nous transforme, tout ce qui bouge là, avance obscurément, année après année, souterrainement, jusqu'à remonter un jour et nous saisir d'effroi presque, parce qu'il devient évident que le temps a passé et que on ne sait pas s'il sera possible de vivre avec tous ces mots, toutes ces scènes vécues, éprouvées, qui finissent par vous charger comme on le dirait d'un navire.
    Peut-être est-ce cela la Sagesse : cet amas de Tout, de voyages et cieux lointains, de serments d'enfants, de courses poursuites dans les bois, de visages de gares bondées, de toutes ces promesses accomplies ou abandonnées de la vie, et notre solitude à devoir nous donner de vivre chaque instant comme un trésor impermanent qui se renouvelle sans cesse...

     

     

    ! DIAMON~11

     

     

     

    PIERRE LEBRETON

     

     

    ! DIAMON~11

     

     

    Wynn Bullock,

    Photographie Wynn Bullock


    0 0

    Aujourd’hui, chacun s’autorise à exprimer son vœu et sa pensée la plus chère : eh bien, je veux dire, moi aussi, ce que je me suis aujourd’hui souhaitéà moi-même et quelle pensée m’est venue à l’esprit la première cette année, – quelle pensée doit être pour moi le fondement, la garantie et la douceur de toute vie à venir ! Je veux apprendre toujours plus à voir dans la nécessité des choses le beau : je serai l’un de ceux qui embellissent les choses. Amor fati : que ce soit dorénavant mon amour ! Je ne veux pas faire la guerre au laid. Je ne veux pas accuser, je ne veux même pas accuser les accusateurs. Que regarder ailleurs soit mon unique négation ! Et somme toute, en grand : je veux même, en toutes circonstances, n’être plus qu’un homme qui dit oui ! »

     

     

    ! DIAMON~11

     

     FRIEDRICH NIETZSCHE

     

     

     ! DIAMON~11

     

     

    phil charp,,

    Oeuvre Philippe Charpentier


    0 0
  • 01/02/19--03:20: VOEUX...
  • Puisqu’au final, nous avons chacun nos nuages à portée de main, j’aimerais donc éclater les miens afin de voir tomber sur vous, à la manière d’une pluie furieuse, des torrents infinis de joies, de délices et de douceurs et que la beauté comble, de ses jets sonores et lumineux, l'étendue de votre regard. Dans la beauté, les aléas défavorables s’évaporent comme des bulles de savons pour renaître en bulles pétillantes, annonciatrices de réussites et des succès. Je vous souhaite donc une errance sans répit, sans limite dans la beauté afin de jouir pleinement de sa splendeur séductrice que rien ne ternit, ni la lenteur dans l’activité de l’esprit ni la promptitude dans son mode d’action. Dans la beauté, quand une idylle prend fin, une autre sort du néant armée des sourires d’un tournesol féroce pour illustrer les nuits de puretés et d’estimes. Dans la beauté, chacun s’offre une semblance de lui-même, véridique et réelle, sans réciprocité affreuse envers sa nature.
    Je vous souhaite un retour à l’enfance avec la détermination d’adulte qui est la vôtre et de chavirer très logiquement dans un océan de jasmins où les vagues, d’élégies heureuses, chanteront pour vous l’envoûtement des jours florissants à venir.
    Je souhaite à la femme sa place sacrée parmi les fleurs et à l’homme l’honnêteté de les nommer afin d’y trouver son affection et sa sensitivité dans l’émancipation de chacun quand il est en quête de l’autre car ainsi, le bonheur ne connaîtra point l’agonie. Je vous souhaite la force de triompher sur toutes les raisons de la haine et les seigneuriaux dédains et vous souhaite surtout de l’indifférence devant les richesses à profil bas, connaitre des hauts et des bas est une bénédiction du Ciel et toute souffrance est un germe de vie. Je vous souhaite du pep à repousser d’instinct toutes les valeurs et les mérites qui n’ont pas le prétexte du bon goût pour que s’effritent les préjugés et les clichés de lubricité accolés aux femmes qui chantent et qui dansent. Je souhaite la déclinaison vers l’authenticité de toute image infidèle que l’on se fait de nous-mêmes, car, à la base, elle donne corps au leurre auquel nous nous accrochons pour de tristes avantages. Je vous souhaite jour après jour, des instants productifs de poésies et un éclat immense d’espoir pour aider à remettre d’aplomb vos esprits à chaque déception, à chaque douleur et à l’ébauche de chaque chagrin. Je vous souhaite des étreintes en pagaille dans une prose séduisante avec celles et ceux que vous aimez et de regarder autrement celles ou ceux qui vous répugnent, car probablement, une senteur agréable flotte autour de leur aura, il vous faudra juste l’effleurer.
    À chaque masse d’obscurité qui viendrait entraver votre chemin, je vous souhaite une masse de lumière cent fois plus résistante qui vous aidera à la faire reculer. Je vous souhaite de l’entrain pour élargir votre cercle d’amitié et du cœur pour l’entretenir. Je vous souhaite au plus fort, des arcs en ciel dans vos rêves et des volts puissants dans votre faculté d’aimer car l’amour quand il mord le ciel, peut reformer les destins.
    Santé et bonheur. Que la vie vous ouvre ses sentiers les plus lumineux.
    Votre serviteur

     

     ! DIAMON~11

     

     

    DJAFFAR BENMESBAH

     

     

     ! DIAMON~11

     

    roberto concha2,

     

    Oeuvre Roberto Concha


    0 0
  • 01/06/19--05:57: CHARLES JULIET...Extrait
  •  

     

    La douleur incessante
    qui brûle les entrailles
    de ces huit cents millions
    d'hommes de femmes et d'enfants
    qui endurent les affres de la faim
    et survivent
    comme ils peuvent
    dans tant de villes et de contrées
    sur les cinq continents

     

    lèvres crevassées
    regards éteints
    corps décharnés

     

    les forces qui manquent
    s'épuisent
    parfois la mort

     

    et l'autre faim

     

    celle qui n'ose
    s'avouer
    ne trouve pas
    à s'assouvir
    non moins lancinante
    non moins acharnée à ronger
    que la première

     

    celle qui tire l'être
    hors du quotidien
    lui fait rejeter
    la défroque
    dont on veut l'affubler

     

    celle qui le condamne
    au chemin de solitude
    le voue à l'errance
    à la recherche inlassable
    de l'oasis
    de la paix de l'oasis
    de l'eau ensoleillée
    de la source

     

     

    ...


    chassé
    livréà la nuit et la soif

    alors il fut ce vagabond
    qui essaie tous les chemins
    franchit forêts déserts
    et marécages
    quête fiévreusement
    le lieu où planter
    ses racines

    cet exilé
    qui se parcourt et s'affronte
    se fouille et s'affûte
    emprunte à la femme
    un peu de sa terre et sa lumière

    ce banni que corrode
    la détresse des routes vaines
    mais qui parfois
    aux confins de la transparence
    hume l'air du pays natal
    et soudain se fige
    émerveillé...

     

     

    .

     

     

    CHARLES JULIET

     

     

    .

    goxwa borg2

    Oeuvre Goxwa


    0 0
  • 01/06/19--06:24: L'ETRANGE DOUCEUR
  •  

    Comme un oiseau dans la tête
    Le sang s'est mis à chanter
    Des fleurs naissent c'est peut-être
    Que mon corps est enchanté

    Que je suis lumière et feuilles
    Le dormeur des porches bleus
    L'églantine que l'on cueille
    Les soirs de juin quand il pleut

    Dans la chambre un ruisseau coule
    Horloge aux cailloux d'argent
    On entend le blé qui roule
    Vers les meules du couchant

    L'air est plein de pailles fraîches
    De houblons et de sommeil
    Dans le ciel un enfant pêche
    Les ablettes du soleil

    C'est le toit qui se soulève
    Semant d'astres la maison
    Je me penche sur tes lèvres
    Premiers fruits de la saison

     

     

    .

     

     


    RENE GUY CADOU

     

     

    .

    fabienne monestier2

    Oeuvre Fabienne Monestier


    0 0

    Le corps comme une terre gagnée au dessus du silence quand tu es là vers moi matin de terre natale mer non naviguée. Les mots ne comptent plus, même si tu voudrais que je parle de moi dis-tu. 
    Elle trace des rivières. Au milieu du gué, entre la pierre et l'eau brûle l'herbe de la présence. Si je disais je t'aime à la vie, sans.
    Sans ta voix, je n'ai pas trace. Cela souffle dans ma voix. J'ai du mal sous le visage. A parler par des mots. Tu ne ne vois pas ce qui parle de toi à lèvre murmurée à silence muré. Aujourd'hui ça glisse sur un océan d'exils et de sorties d'urgences. Ca glisse vers la sortie parce que le mot est mûr et qu'il creuse la bouche. Ce mot qui vient toujours pour réparer la vie, ou la détruire. Où l'on est toujours contre le mur de la vie. Debout, inondé de mémoire et émondé, et toujours impatient d'amour. Oui, je songeais que ce lieu d'être et de voix est le corps du monde, et que j'y avais entendu comme la pensée d'une maison dans la maison. Que toi je dis comment entrer chez soi . C'est la parole pour dire à la bouche la rose cousue à la peau, ce trou d'où pousse le souffle. Nous habitons dedans, nous creusons les orifices pour surgir d'un visage, d'un premier cri dont on sera douleur et bonheur. Dans un temps qu'on ne coupe pas. C'est toi qui es là. Que toi je dis comment entrer chez soi d'où on part.Tu es là dans l'amande dans la bouche par qui, je vais au désert et à la beauté du monde. C'est dans la peau que ça coupe, l'alliance du silence et des mots, ça coupe comme l'herbe sous le pied de la beauté du monde.

     

     

    .

     

     

    MICHEL EKHARD ELIAL

     

     

    .

     

    josephine cardin2

     

    Photographie Joséphine Cardin


    0 0

     

    Et la vie a passé, mais te garda
    vive mon illusion, de ces mains savantes
    Qui trient parmi les souvenirs, qui en recousent 
    Presque invisiblement les déchirures.

    Sauf: que faire de ce lambeau d'étoffe rouge ?
    On le trouve dans sa mémoire quand on déplace
    Les années, les images; et, brusques, des larmes
    Montent, et l'on se tait dans ses mots d'autrefois.

    Parler, presque chanter, avoir rêvé
    De plus même que la musique, puis se taire
    Comme l'enfant qu'envahit le chagrin
    Et qui se mord la lèvre, et se détourne.

     

     

    .

     

     

    YVES BONNEFOY

     

     

    .

    INCONNU2


    0 0
  • 01/11/19--03:12: PARFOIS LA BEAUTE...Extrait
  • Mère fée

    Lorsque d'un pas lent 
    tu avances vers moi

    Les bras ouverts comme un jardin

    Comme c'est violent 
    de te sourire 
    à cet instant

    Car avec toi l'idée me vient
    que tu es peut-être

    É p h é mère

     

     

    ..

     

    .

     

    .

    AZADEE NICHAPOUR

     

    .

     

    .

    .

     

    .

     

    Cayetano De Arquer Buigas21-001

     


    0 0
  • 01/13/19--01:15: Article 0
  • Les anges ont leurs préférences, ils ne sont pas plus liés à l'existence que cette rose, qui fleurit bientôt son absence.
    Le jour fait l'adieu, sa voix porte le fardeau d'un nouveau-né. C'est une joie violente de consoler, aussi la mort. Elle écrit sur ton front tous les mots de la honte, tous les secrets de cette absolue chance. En réalité, c'est ta paume qui transforme le dôme du matin, dans un silence tu ramasses tes épreuves pour les éloigner sur une page.

    Z.M


    0 0
  • 01/13/19--10:36: PIERRE WARRANT...Extrait
  • Si ton sang est encore rouge
    si tu aimes l'aube naissante
    la couleur de ses sources
    et la marée de ses jardins

    resserre doucement quelques silences
    couche-toi sur un tapis de feuilles
    comme ces fruits qu'aucune main n'a touchés
    et qui roulent sans bruit vers une bouche à aimer

    songe à partir vers un ciel à l'écoute
    pars pour rester comme une barque
    à l'arrêt sur les larmes du lac
    où le vent d'un vertige s'élargit

    allume la pâle paume des nuages
    à l'incendie des mots et de la neige
    écris la plaine et la montagne
    l'orage et l'accalmie la source et l'embouchure

    oublie ce que tu sais et d'où tu viens
    retiens la terre à la croisée des ombres
    l'élan des jours et des poèmes
    les coeurs qui battent à l'unisson

     

     

    .

     

     

    PIERRE WARRANT

     

     

    .

     

    nature2


    0 0
  • 01/17/19--06:37: LA CONDITION SUFFISANTE
  •  

    Il suffira d'un seul sourire
    pour être l'ami du soleil
    & la nuit nous chuchotera
    à l'oreille tous ses secrets.

    La mort ne viendra pas ce soir,
    elle a d'autres yeux à fermer,
    tant de soupirs à oublier,
    de larmes et de "plus jamais",
    tant de désespoirs à bercer
    que ne put apaiser "enfin".

    Il suffira d'un seul sourire
    pour voir tous les "non" hésiter
    puis mourir au bord du silence,
    pour voir le silence s'écrire
    d'abeilles que l'avril affole,
    & libre de tous les "pourquoi",
    pouvoir caresser l'évidence.

    Il suffira d'un seul sourire
    pour sortir du dernier poème.

     

     

    .

     

    RAYMOND FARINA

    Dans la revue de poésie ARPA N°124 
    4eme trimestre 2018, page 42.

     

     

    .

     

    Christian Spencer2

     


    0 0


    Pourquoi m'arrêterais-je? 
    J'allaite de mes seins les grappes vertes du blé.

    La voix, la voix, seule la voix, 
    la voix du désir clair de l'eau à couler, 
    la voix de l'écoulement de la lumière de l'étoile
    sur la paroi de féminité de la terre, 
    la voix de la conception de l'embryon du sens
    et l'extension de l'esprit commun de l'amour
    la voix, la voix, la voix, seule la voix demeure.

    Dans le pays des nains, les critères de la mesure
    ont toujours tourné sur le parallèle de zéro degré.
    Pourquoi m'arrêterais-je? 
    J'obéis à quatre éléments, 
    et la rédaction du règlement de mon cœur
    ne relève pas du pouvoir local des aveugles.

    Que m'importe le gémissement persistant 
    de la sauvagerie dans l'organe génital de l'animal?
    Que m'importe le mouvement insignifiant 
    du ver dans le trou de la chair? 
    Ma lignée des fleurs m'a engagée à vivre
    la lignée des fleurs, vous connaissez?

     

     

    .

     

     

    FOROUGH FARROKHZÂD

     

     

    .

     

    mohamed jaamati2

    Oeuvre Mohamed Jaamati

     


    0 0
  • 01/15/19--02:29: LEGITIME DEMENCE
  • Je suis vos détritus, vos tics, vos manies,
    les tessons de la soif aux recoins du désastre,
    vos parfums vétustes où se brise le ciel,
    ce mur où s'écrasent vos souvenirs d'enfance.
    Je suis votre mariole, votre guignol, votre mime.
    Je suis votre bafouille à la trouille de la honte,
    l'amertume de la rouille sur vos chaînes dorées.
    Je suis votre fantôme où s'use la lumière,
    la sève et le silence entre la page et l'arbre.
    Je suis l'hémorragie des remords sans reproche,
    une crasse d'ignorance, une ignorance crasse,
    une carapace d'arrogance délavée par la peur.
    Je suis l'apoplexie au moment du plaisir,
    cette varice amère à la place de l'âme.
    Je suis le vide au cœur de vos amis,
    comme un mort dans la tombe,
    comme un pas dans la neige,

    comme un trou dans la nuit,

    comme un cri sans personne.
    Je suis la bactérie fomentant la révolte,
    l'aliment de l'absence, la semence des cendres,
    votre chrysobéryl, votre schiste, vos schismes,
    un hiver aux joues creuses, un été sans soleil,
    un astre familier dans le repli des pierres,
    l'orgueil du borgne au pays des aveugles,
    cet amour de vivre crachant sur les cadavres,
    l'impossible à saisir, le juron des pavés,
    la braise du désir qui se meurt de froid.
    Je suis votre souffrance. Je suis votre malchance.
    Je suis parmi vos mots celui qu'on n'a pas dit,
    ce creux pesant du monde où le temps se fait mal
    et ramasse la nuit pour la jeter au loin.
    Je suis votre balafre, votre moignon, votre ombre,
    le négatif des rencontres, la dérive des heures.
    Je suis le squelette sous la chair de l'ennui,
    ce revenant qui tombe et ne veut pas se taire,
    la beauté mise à nu entre la rose et l'œil.

     

    .

     

     

    JEAN-MARC LA FRENIERE

     

     

    .

    vincent-van-gogh

    Oeuvre Vincent Van Gogh


    0 0
  • 01/17/19--06:29: FICTION D'UN DEUIL...Extrait
  • "Meknès... 
    Mon père portait le nom du plus puissant de tes sultans... Celui qui t’a bâtie palais et mausolées, mosquées et minarets sur les ruines des kasbah, t’a ceinte, dieu jaloux de ses propres miracles ou amant suspicieux jugulant les oracles que tes charmes surfaits et de ses mains fardés lui promettaient ardentes honteuses trahisons, d’une muraille plâtrée courroie de chasteté dont il ne reste plus aujourd’hui que les portes, closes, cent, dérisoires cadenas, plantés là dans la terre massives solitudes où Dieu même a laissé gravées soupirs de stuc cursives convoitises, platoniques étreintes. 
    J’ai été bien déçu d’apprendre que mon père, pour vénéré qu’il fût, n’était pas ce saint qu’on invoquait à tout instant, Patron des morts, des vivants à mourir, des âmes errantes ou provisoirement vives, des femmes, surtout, qui l’imploraient au moindre geste, Moulay Ismaïl, au plus petit pas, manquant à chaque souffle de passer à trépas, femmes lasses et plaintives, toutes bourrelets de temps macéré dans leur chair, femmes agonisantes comme à perte de vie, ou à perte d’ennui et comme pétries de mort, empêtrées dans leurs corps comme dans magma d’empois mais qui reprenaient flamme, à grands cris et fracas, dans les plus bénignes des fractures des jours, ces petites fissures taillées par le hasard dans le rien quotidien tout de déserts sans fin, d’indéfectibles faims suspendues, résignées, aux potences des désirs tendancieux, sentencieux, ci-gisent corps informes, feus fantasmes figés, sacrifiés à l’embâcle de froides cécités où se glacent et se figent d’éternelles attentes, jugées irrecevables, et ma mère qui soupire et son corps qui tressaille un bref instant défaille comme un monceau de glace sous le souffle des eaux sous le souffle des vents sous les travers du temps, puis reprend silencieux son statique naufrage, entre deux plaintes sourdes, Moulay Ismaïl, et ce nom susurré entre ses lèvres bruit encore en moi aujourd’hui obscur, insondable lapsus...

    Non, mon père n’était pas ce Moulay Ismaïl que les femmes haletaient, gémissaient, à tout vent.
    Je l’aurai appris, à mes dépends, un jour d’avril 1947, le jeudi 10 avril, plus exactement, si j’en crois les annales. Car je n’apprendrai que plus tard, bien plus tard, grâce aux livres d’Histoire, à dater la mémoire, certaines de ses scènes du moins, les souvenirs d’une enfance occultée par un drame beaucoup plus nécessaire mais dont la chronologie me renverrait parfois à d’autres circonstances. "

     

     

    .

     

     

    BOUTHAINA AZAMI

     

     

    .

    mohamed jaamati2;;

    Oeuvre Mohamed Jaamati

    0 0

    Parce qu'ici est peu et trop
    me reconnaîtras tu
    sous le feuillage
    des paroles
    au bord de l'existence
    une tige unique
    quand le bonheur
    tombe

    Ecrire
    pour laisser la lumière allumée
    au dessus de l'ombre
    du chant le plus fidèle
    poursuivre
    entre
    les séismes et les élans de joie
    tant de ruines tant de roses
    au cadastre
    des ciels et des os
    touchent la prière
    et l'incendie
    d'où me vient la tendresse du monde
    quand je fleuris et me défeuille
    quand le poème brûle
    j'ai la ferveur d'aimer

     

    .

     

    MICHEL EKHARD ELIAL

     

    .

    Odilon-Redon-Woman-and-Stone-Pot-

    Oeuvre Odilon Redon


    0 0
  • 01/18/19--07:53: ALAIN SUIED...Extrait
  • Etre un arpent
    ou une nuée de rêve
    insituable de l'origine.

     

    .

     


    ALAIN SUIED

     

    .

     

     

    francoise suzanne

     

    Oeuvre Françoise Suzanne


older | 1 | .... | 175 | 176 | (Page 177) | 178 | 179 | .... | 183 | newer