Quantcast
Channel: EMMILA GITANA
Mark channel Not-Safe-For-Work? cancel confirm NSFW Votes: (0 votes)
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel.
0

AGNES SCHNELL...Extrait

0
0

Afin de rappeler ton jour de naissance, Agnès...

 

 

Tu marches pieds nus par déférence
pour ton exil sans fin
tu marches sur une terre
lourde de silences.

Voix égarées
d’un pays d’herbes amères
où tu t’es meurtri bien avant,
bouches agacées d’où le chant se retire
vers la nuée d’ombre
ou la canopée des oiseaux siffleurs…

Jours de sable
que dans le désordre tu égrènes
jours fiévreux
d’images craquelées
d’orages lents à mourir.

Quelque part remisés
tes mots aux courbes douces
aux balancements d’ailes
tes mots seront cet indéfini
qui glisse comme à regret
des lèvres.

 

 

! DIAMON~11

 

 

 

AGNES SCHNELL

2006

 

 

! DIAMON~11

 

 

 

chagall agnès

 

Oeuvre Marc Chagall

JULES SUPERVIELLE...Extrait

0
0

J'aurai rêvé ma vie à l'instar des rivières...vivant en même temps la source et l'océan...sans pouvoir me fixer même un mince moment...entre le mont, la plaine et les plages dernières...Suis-je ici? Suis-je là bas? Mes rives coutumières changent de part et d'autre et me laissent errant...Suis-je l'eau qui s'en va, le nageur derrière ? Ou serai-je plutôt sans même le savoir celui qui dans la nuit n'a plus que la ressource de chercher l'océan du côté de la source puisqu'est derrière lui le meilleur de l'espoir ???

 

 

 ! DIAMON~11

 

 


JULES SUPERVIELLE

 

 

! DIAMON~11

 

emilz nolde2

Oeuvre Emile Nolde

STRASBOURG, 11 DECEMBRE 2018...

0
0
J'ai écrit ce court texte peu de temps avant Noël, à la demande du Père Vincent, prêtre de mon établissement, à qui je venais de raconter cette expérience. Il fut très touché par mon compte-rendu des évènements et heureux que je lui en fasse part personnellement. Le texte était destinéàêtre lu durant la messe de Noël à l'église de Sainte Marthe et c'est ma collègue Sylvie, également au cœur des évènements de Strasbourg, qui s'acquitta de la tache avec beaucoup d'émotion. Je n'assistais pas à cette Messe mais je sais que l'assemblée présente fit un bon accueil à mon témoignage et fut sensible à ce qui en émanait: un mélange d'espoir et de désarroi de la part de quelqu'un qui, simplement, cherche son chemin. N'est ce pas aussi et surtout cela le véritable dialogue interreligieux ?.
Malgré nos différences, nos doutes, nos convictions et nos certitudes, c'est finalement ce chemin que nous cherchons tous et aspirons à trouver même si la tache est peut-être impossible car comme l'ont toujours su les Boudhistes Zen, " Cest le chemin qui est etnon le voyageur "
 
 
! DIAMON~11
 
Strasbourg, mardi 11 décembre, 19h 45
 
.
 
 
Le froid saisissant est à peine tempéré par les lumières douces de la Cathédrale... La fatigue s'est emparée de nous depuis des heures mais nous continuons à déambuler au hasard des cabanes colorées... ma seule motivation est de trouver, enfin, un joli Saint-Nicolas à ramener à ma bien-aimée.
Je passe devant l'avant dernier chalet et mon regard est attiré par cette petite vierge en bois sculpté... Une vierge sobre et stylisée comme certains santons modernes... malgré la pureté de ses lignes , quelque chose de chaleureux de réconfortant, semble émaner de ce petit objet... Je souhaite immédiatement l'acheter et le rapporter.  Mais mes collègues semblent plus pressées que moi alors je vais patienter un peu puisque nous reviendrons demain matin même si je n'aime pas attendre: un lendemain est toujours incertain. Une de mes collègues, finalement, souhaite prendre un vin chaud et nous rebroussons légèrement chemin, du moins c'est mon impression... En réalité, nous restons sur place dans ce petit périmètre calme et attrayant... Comme une bulle close qui nous protège du froid et de l'agitation des grandes places décorées... Et surtout j'ai maintenant le temps de retourner revoir et acheter la petite vierge en bois... Quelques minutes plus tard, je retouve mes collègues avec un nouveau paquet... heureux de mon acquisition...Une photo est prise: il est 19 h 53... Sur une autre photo, prise quelques instants plus tard, des néons sembleront former comme des auréoles au dessus de nos têtes... Hélas, les anges ne seront pas partout...
Cela doit faire maintenant une dizaine de minutes que le tueur sème la terreur, l'effroi et la
mort dans les rues adjacentes... Mais son périple a pris une autre direction que la nôtre...Ces quelques minutes ont sans doute décidé de notre destin..Est ce pour cela que la petite vierge en bois a été sur ma route ce soir là ?.. J'aime à le croire car j'ai envie de donner un sens à tout cela... Comment racheter le bruit, la fureur et les larmes... si proches de nous... absentes pour nous... A chacun de donner à de tels moments une signification qui lui est propre... Pour ma part et, comme avant, j'apprécie la beauté du symbole...J'ignore toujours le chemin à emprunter... Je sais simplement, encore mieux qu'avant, là et où il convient d'aller.
 
 
 
! DIAMON~11
 
 
JEAN-PAUL SEBBAN
 
 
! DIAMON~11
 
 

rene herbst2

Sculpture René Herbst

BELLA VISTA ...Extrait

0
0

"C'est folie de croire que les périodes vides d'amour sont les "blancs" d'une existence de femme. Bien au contraire. Que demeure-t-il, à le raconter, d'un attachement passionné ? L'amour parfait se raconte en trois lignes : Il m'aima, je L'aimai, Sa présence supprima toutes les autres présences ; nous fûmes heureux, puis Il cessa de m'aimer et je souffris...
Honnêtement, le reste est éloquence, ou verbiage. L'amour parti, vient une bonace qui ressuscite des amis, des passants, autant d'épisodes qu'en comporte un songe bien peuplé, des sentiments normaux comme la peur, la gaîté, l'ennui, la conscience du temps et de sa fuite."

 

 

 ! DIAMON~11

 

 

COLETTE

1937

 

 

 

! DIAMON~11

 

 

COEUR BRISE3

REVOLUTION FRANCAISE DE 1848...

0
0

 Dans les rues, un chant d'ouvriers furieux monte...Les barricades sont commencées. Il y a des incendies aux barrières. Un amoncellement de pavés et de vieux meubles jusque dans la rue de Grenelle.... Affolé, le piètre roi " en poire " a la sotte idée de nommer à la tête de sa troupe, Bugeaud, impopulaire à l'extrême. La vieille ganache, bornée et sanguinaire, fait massacrer une foule d'insurgés près de la Concorde . La Garde Nationale a commencé sa marche sur l'Hôtel de Ville...Le peuple de Paris pénètre dans le Palais des Tuileries...Tout est cassé, détruit....

...

Le décret du 4 Mars 1848 accorde à nouveau le droit de réunion. Scandale! Une profusion de clubs féministes en profite. A leur tête, George Sand, agée de quarante quatre ans,  Eugénie Niboyet, Jeanne Deroin... Toutes réclament l'émancipation....On voit partout Sand, plus que jamais en pantalons, haut-de-forme et cigare au bec. Elle réclame l'abolition de la dot, le droit au concubinage, le divorce par consentement mutuel, la garde des enfants. Jeanne Deroin, liée d'amour passion à Eugénie Niboyet, exige l'égalité des salaires, la maternité sans le mariage. Hissées sur des tonneaux, elles vocifèrent, applaudies par Daniel Stern, la comtesse Marie d'Agoult dont Franz Liszt lui enlèvera les trois enfants, et la belle madame de Girardin. 

 

...

 

      La république bourgeoise finit par l'emporter. On ricane, on réduit au plus vite les femmes au silence...Les barricades ressurgissent, l'Assemblée confie le pouvoir à Cavaignac, homme de poigne...La révolte est sauvage. Au Quartier Latin, autour de l'église St Gervais, 50 000 hommes se battent contre les hommes de Cavaignac. Monseigneur Affre veut s'interposer entre un fusil et un ouvrier. Il est abattu sur le champ. Le 26 Juin, la répression est impitoyable. 15 500 hommes fusillés sans jugement. 1600 morts dont 6 généraux. Conséquences: 15 000 insurgés arrêtés, 11 000 en prison. Ils traversent Paris enchaînés.Le chant révolutionnaire aux lèvres, l'orgueil des pauvres, ou des saints. Sûrs de mourir, joyeux de haine, d'espoir et de rage!  Dramatique et triomphant cortège qui pue la sueur, le sang, le vomi, l'urine, la crasse.

 

...

 

Le 3 Juillet, l'insurrection est vaincue. Cavaignac remet ses pouvoirs à l'assemblée. Louis-Philippe, du fond de son exil, s'écrie : " La République a de la chance, elle peut tirer sur le peuple! "

 

 

 ! DIAMON~11

 

 

HORTENSE DUFOUR

Extrait tirés de l'ouvrage " La comtesse de Ségur, née Rostopchine "

 

 

 ! DIAMON~11

 

 

revolution-de-1848-quand-louis-napoleon-incarnait-lespoir2

 .

.

 

Barricade de la rue Folie-Mericourt,2

 

EVASIONS DE RETOURS

0
0

Au grand poète Lorand Gaspar

 


Poète enfant des vertiges premiers
Aux confins des rêveuses racines
D’orient et d’occident
T’engendre l’encre du vent
Au-delà de la mort
A chaque port de plumes
Aux battements frissonnants
D’ailes et d’îles de nouvelles sèves
Sculptant le temps
En disparition de murs
En apparition de vasques
Pour effacer les distances des cerbères
Gardées par leurs obscurs casques
Et ouvrir leurs cages
Emprisonnant tes étoiles et chants
Libérant la vérité
Dans ses multiples visages

Poète tu es l’éternel enfant
Dans le tourbillon
De tes chapelets d’astres
Dansant dans tes ablutions
De sable d’herbes de sel
Et de sang de gerbes
Habillé de tes ouragans
De cris et lumières
D’où renaissent florales
Les mains des amours
Aux caresses d’étoiles
Et leur eau des recommencements

Poète t’allument radieux tes comètes
En d’immortelles évasions de retours

 

 

 ! DIAMON~11

 

 

©MOKHTAR EL AMRAOUI

 

 

 ! DIAMON~11

 

 

 

KIKI SMITH4

Oeuvre Kiki Smith

 

LE SOMMEIL DU COQUILLAGE

0
0

 

Le sommeil des enfants est fait de la nacre des coquillages ramassés en bord de mer. 
Les yeux jamais totalement fermés, ils voient plus loin, plus profond, sans s'en souvenir jamais.
Mais demande-t-on au coquillage ce qu'il a vu au fond de la mer, avant qu'il ne se retrouve sur une plage, puis dans la poche de l'enfant qui dort ? 
Le sommeil des enfants ne connaît rien de nos insomnies d'adultes, de nos soucis, de nos doutes, de nos désirs et de nos amertumes.
Il reste, implacablement, doux et froid comme la nacre des coquillages.
Il chatoie derrière leurs yeux mi-clos, comme les trésors qui brillent sous la surface de la mer. 
Et je veille sur le sommeil de mon enfant, ma petite coquillage, endormie en boule sur le fauteuil. J'ai à peine eu le temps d'ôter mes chaussures. 
Moi aussi ma petite coquillage, je dors les yeux ouverts sur ton sommeil, c'est une chose que vous avez prise de moi, ces yeux mi-clos sur la nuit et le repos.
Sans doute, il y a tant à voir au cœur du sommeil. Il y a une eau sans profondeur atteignable, sans laquelle nous ne saurions vivre, sans doute.
Dans mes abysses, ma petite coquillage, je sommeille éveillée et quelle belle promenade à fleur de sable, à peau de souffle. 
On ne dirait pas, à voir tes yeux mi-clos, mais je dors avec toi ma petite coquillage, et les grains de sable sous mes yeux proviennent du creux de mon cœur. 
Ils ont consolidé mes os et se sont solidifiés. Ils ont tournoyéà une vertigineuse vitesse pour me donner sang et langue, avant de sedimenter, cheveux et tête de bois. 
Et nous voilà mes amours, avec nos yeux pas tout à fait fermés, nos rêves éveillés et notre sommeil de nacre.
.
.
 ! DIAMON~11
.
.
.
.
 ! DIAMON~11
.

sommeil coquillage

L'ÂME DE PIERRE

0
0
Tu crois que si les pierres avaient une âme, elles se feraient l'enfer comme nous pour avoir une place spéciale, chaque pierre sa place dans la construction de la maison, parce que nous, je parle de nous les humains abâtardis de la société occidentale, nous les pauvres en âme (du coup à quoi ça sert) nous passons notre vie à quémander une place, nous tournons sans cesse autour de la table pour y suivre la lumière du soleil, et malheur à qui occupera la 13e chaise, et on est un coup à droite, un coup à gauche et puis quelle place on pourrait bien occuper, quelle place on tient dans les cœurs, quelle forteresse sommes-nous obligés de défendre pour ne pas mourir seul comme une pierre ?
.
.
.
Je sais que toutes les pierres ont eu une âme avant que de servir à bâtir les maisons ou à avoir une quelconque utilité, les arbres arrivent à maintenir à la vie l'un des leurs qui meurt, par la solidarité de leurs racines, je sais que tout ici est en liens et que les liens vivent, se tendent et se détendent, je sais que pour avoir une existence dans le cœur, il ne s'agit pas forcément d'être présent, il faut être relié, je sais qu'il ne s'agit pas de rajouter une 14e chaise pour conjurer le mauvais sort, je sais qu'où que je soies, la place que j'occupe est celle que j'aurais choisie et que, si j'étais une pierre, je n'aimerais pas qu'on me taille pour faire une maison, je préférerais être un promontoire dans une forêt, un caïrn, une pierre plate dans une rivière, ou un caillou à fourrer dans sa poche et à oublier jusqu'à ce que ta main me retrouve.
.
.
.
 ! DIAMON~11
.
.
Sur
.
.
 ! DIAMON~11
.

pierres2,

ALAIN BARRIERE - TU T'EN VAS -1975...HOMMAGE

0
0

Mes 17 ans...Merci Monsieur Barrière

 

 ! DIAMON~11

 

 

 

 

 ! DIAMON~11

 

 

 ! DIAMON~11

 

CHANSON D'INNOCENCE

0
0

Elle disait faut pas toucher
Aux oiseaux dans les champs de blé
Je tuerai le chasseur qui les tuera
Je te tuerais même si c'était toi
Et la violence de ces paroles cette chanson d'innocence
Ça me fait pleurer quand j'y pense

Catherine le monde as changé
Les chasseurs sont du bon côté
Pour les oiseaux y'a plus grande chose a faire
Il tueront les pigeons au nucléaire
Les champs de blé de nos jeux d'enfance seront
bientôt comme comme ce désert
Comment me taire quand j'y pense
Ils s'ont fier de leurs bombardiers
De leur soldat de leurs idées
Y'a des goulags pour ceux qui parlent trop
Y'a des médailles pour jouer les héros
Y'a pas une chanson qui peut faire changer les choses non aucune chance
Ça me fait chanter quand j'y pense
Les maîtres de la guerre sont là
Dieu est a leur côté tu vois
Ils se déguisent derrière leurs discours
Ils nous mentent un peu plus chaque jour
Quand les larmes et le sang n'auront plus aucun sens
J'irais prier si j'y pense
Elle disait faut pas toucher
Aux oiseaux dans les champs de blés
Je tuerai le chasseur qui les tuera
Je te tuerais même si c'était toi
Je me demande si elle croit toujours à la violence
ou si elle croit encore en l'amour
Ça me fait douter quand j'y pense
.
.
 ! DIAMON~11
.
.
PAUL SIMON
.
.
 ! DIAMON~11
.
.

AGNES SCHNELL...Extrait

0
0

En pensée, Agnès, 4 ans....

 

 

Une toile bat dans le vent
une porte s'ouvre
sur l'imprévisible.
Entre l'autre et soi
l'épuisant voyage
par saccades.

Des murs s'effondrent
comme
dans un demi-sommeil.
On grandit
non par désir
mais par convenances

On attend la fraîcheur
l'inattendu
un rire peut-être
ou un adieu à reculons.

Farouche
on meurt un peu
à peine rassasié.

Aura-t-on assez touché
assez étreint
avant de sombrer ?

 

 

! DIAMON~11

 

 

AGNES SCHNELL

 

 

! DIAMON~11

 

Katia Chausheva Photography4,

Photographie Katia Chausheva

COMIQUE

0
0

 

Je me ridiculiserai clown désenchanté me
Faisant botter sur la sciure du cirque le cul par
De pâles poupées de celluloïd figé
Qui crient quand on les couche, juste après Mon Dieu et Maman :
« Je veux être girly ! », comme si tu les en empêchais,
Des femmes à la joie de plastique aux bonheurs
D’ors de foire pour qui tu tires les bouchons
Au stand des carabines où l’on a faussé la mire
Histoire d’exhiber la peau de l’ours et ta peau,
Ta gueule ouverte ne mordant plus que la poussière
Femmes de peu, filles de rien,
Babillant, balbutieuses, des mots dans l’air du temps en mauvais anglais
Du smiley par douzaines qui dit Je t’aime, juste
Pour ne pas le dire, femmes perdues, filles de vent,
Mes quotidiennes monstrueuses où l’on a
Oublié le cœur et l’âme ne laissant que les yeux en couleurs
Le petit mécanisme pour les battements de cils
Les phares étirés des voitures à la casse les jantes en alu
Les options qui font rêver le badaud, ta belle gueule et
Sa peinture métallisée, l’aérodynamique de l’angle de ta mâchoire
Qui se perd, quand tu ris, comme aux salons automobiles, une pute
Vantant tes mérites alentour, et ton monde à plusieurs vitesses,
Je me ridiculise, toujours,
Fais semblant de tomber pour que personne ne voie
A quel point je tombe vraiment du haut où je te voyais
A quel point la peinture rouge sur mon nez n’est pas de la peinture
A quel point ne disant rien que des bêtises pour vous faire rire
Je ne ris plus
Depuis longtemps
A quel point le monde particulier n’a plus rien à envier
Au monde en général, les mêmes chiens attachés aux mêmes arbres
Qui pleurent croyant encore,
Dans les mêmes forêts, les mêmes naïfs que l’on abuse, et
Les mêmes promesses de pays civilisés veillant à leur réputation
J’entends encore quand tu disais Terre d’accueil, France, ou
Je ne te laisserai jamais tomber, sais-tu quel étage je croise aujourd’hui
En disant Tout va bien jusqu’ici, et
Parlons un peu de celle qui te suivit, ses discours qui ne finirent jamais
Elle disait J’attends que tu ailles mieux pour t’emmener partout avec moi
Mais au premier voyage, elle a calé en route, rappelée à l’ordre
Par la poissarde qui la tient et force la foule àécouter comme elle massacre
Et toi et la musique, j’ai eu peur, très peur, le soir où tu as dit
« C’est curieux je te rencontre exactement au moment où elle va mourir »
Je me souviens avoir répondu « Je ne serai jamais ta mère, si c’est ce que tu attends »,
Mais autant qu’elle sache que tu l’enterres vite, qu’elle n’est pas autre chose
Qu’une fonction, une interchangeable, au gré de tes mensonges,
Oui
Je me ridiculise
A avoir aimé
Des gens qui ne sont pas des gens
Des poupées de celluloïd figé
Et de m’être blessée
Jusqu’au sang rouge, la peinture, qui dégouline de partout maintenant
D’être le clown
Des tragédies et de refermer le rideau, rouge aussi
Sur ce mauvais vaudeville ses maris enfermés dans les placards
Et les amantes, oubliées.

 

 

! DIAMON~11

 

 

ALEXO XENIDIS 

 

 

! DIAMON~11

 

la srada2

BONNES FÊTES/ BONE FESTE

0
0

A tous les lecteurs, à mes contacts, mes amis, aux plus démunis, aux personnes seules, ( particulièrement à  mes deux puces chéries et une amie ), sachez que je pense à vous très fort....Et que je vous remercie d'être présents...Pour les hommes et les animaux qui sont dans le froid et dans la faim, essayons d'apporter ce que nous pouvons à chacun d'eux au quotidien.

 

 

! DIAMON~11

 

 

 

tumblr_oir83zi36U1uu9fqho1_500

LE VOYAGE EGOISTE...Extrait

0
0

"Qu’il est chaud à mon cœur, encore, ce souvenir d’une fête glacée, sans autres cadeaux que quelques bonbons, des mandarines en chemises d’argent, un livre... La veille au soir, un gâteau traditionnel, servi vers dix heures, saucé d’une brûlante sauce de rhum et d’abricot, une tasse de thé chinois, pâle et embaumé, avaient autorisé la veillée. Feu claquant et dansant, volumes épars, soupirs des chiens endormis, rares paroles – où donc mon cœur et celui des miens puisaient-ils leur joie ? Et comment le transmettre, ce bonheur sans éclats, ce bonheur à flamme sourde, à nos enfants d’aujourd’hui ? Qui donc les a faits avides et blasés comme ils sont ? La vie nouvelle, l’âpre époque, et nous-mêmes !..."

 

 

! DIAMON~11

 

 

COLETTE

 (1928)

 

 

! DIAMON~11

 

  

colette

 

BRUNO RUIZ

0
0

Ce soir le rideau est tiré

Des chemins s’effacent
Et de nouvelles paupières s’ouvrent

Après tant d’années d’habitude
Comme elle est tendre la fatigue qui dort
Comme elle éclaire la veilleuse dans l’ombre

Rien n’est lourd

À la beauté dressée sur le tertre
Il n’y a que des herbes
Une nuit de fange lavée
Des souvenirs qui se rangent

Les enfants qui naissent
Sont toujours des enfants qui meurent

Un oiseau passe près du toit

Et ce qui déchire est bien ce qui parle
Un murmure bienveillant
Une main sur l’épaule

Demain sera demain

C’était déjà dans l’odeur du monde

 

 

! DIAMON~11

 

 

 

BRUNO RUIZ

25 décembre 2019

 

 

! DIAMON~11

 

 

tamara adams2,

Oeuvre Tamara Adams

PAROLE DU MATIN

0
0



 

C'est de ton souffle et du silence
Dont le poème a besoin
Pour ouvrir ses clairières
Et libérer en toi mille éclats
Mille oiseaux

 

Mais aussi d'une poignée d'amis postés sur les lisières de l'âme
Qui savent bien mieux que toi
Le bruissement des ailes
Les murmures de l'aube
La ferveur du vent

 

L'écho les aurait-il rejoints
Là où tu perdais pied
Car tu n'es jamais seul au lieu de l'écriture
Dans ton sang tant d'absences de présences réelles
Tant de mains secourables
De rythmes bienfaisants

 

Vers quelle étrange naissance
Convergent ces bergers
Si l'étoile en eux-mêmes
Ne leur ouvre un chemin ?

 

Et combien parmi eux de pauvres de voyants
De boiteux souverains
Dont la marche s'allège
Au vitrail de ta joie ?

 

Sans doute connaissent-ils
Pour l'avoir éprouvé ce goût d'éternité
Qu'il nous revient de mettre au monde
Au terme de nos nuits
De nos saisons d'errance
En nos bras démunis.

 

 

 

! DIAMON~11

 

 

JEAN LAVOUE

 

 

! DIAMON~11

 

sculpture-vierge-a-l-enfant-jesus-espagnole-bois-sculpte-dore-xviiie-siecle,

LINA SLEIBI ( PALESTINE )- GLORIA IN EXCELSIS DEO

ANGES

0
0

"Je crois aux anges qui marchent par le monde
Je crois en la Déesse aux yeux de diamant
En des amours lunaires et un piano au fond
Aux légendes, aux fées et aux atlantes.
Je crois en un esprit qui faillit plus fécond
D’harmoniser ses membres dissonants
Je crois tout éternel en une seconde
Je crois au ciel futur qui fut avant
Je crois aux dieux d’un aura plus pur
Je crois en l’humble fleur qui se soutient au mur
Et je crois en la chair envoûtant l’au-delà,
Je crois en l’incroyable, aux choses étonnantes
En l’occupation du monde par les roses
Je crois que l’amour a des ailes d’or."

 

 

! DIAMON~11

 

 

NATALIA CORREIA

 

 

! DIAMON~11

 

 

Benjamin Matthew Victor2,

 

Oeuvre Benjamin Matthew Victor

 

 

 

JOËL GRENIER...Extrait

0
0

Souffle-moi une idée qui embaume le lait,
La gelée de mûres et la fleur de tendresse.
Ou donne-moi un mot. Le mien est bien trop laid
Pour écrire l'enfant à l'encre de caresse.

Son regard merveilleux laisse ma page vierge
Et ma plume s'envole aux vents de mon passé.
Souvenir d'un visage éclairé par un cierge
Dans l'ombre d'une église au rite dépassé...

Mémoire de bougie qui fête un premier âge
Comme l'éclair allume un ciel un soir d'orage,
Mélange de sourire et de papier froissé.

Devant ses si grands yeux, je ne sais que me taire
Et ma muse aujourd'hui me laisse, solitaire,
A ma page blanche que je quitte, angoissé.

 

 

! DIAMON~11

 

 

JOËL GRENIER

 

 

! DIAMON~11

 

regard 2,

L'ANIMAL QUE DONC JE SUIS...Extrait

0
0

" C'est un mot, l'animal, que des hommes se sont donné le droit de donner. Ils se sont trouvés, ces humains, à se le donner, le mot, mais comme s'ils l'avaient reçu en héritage. Ils se sont donc donné le mot pour parquer un grand nombre de vivants sous ce seul concept : L' Animal, disent-ils. Et ils se le sont donné, ce mot, en s'accordant [...] pour eux-même [...] le droit au mot, au nom, au verbe, à l'attribut, au langage de mots, bref à cela même dont seraient privés les autres en question, ceux qu'on parque dans le grand territoire de la bête : l' Animal. Tous les philosophes que nous interrogeons (d'Aristote à Lacan en passant pat Descartes, Kant, Heidegger, Lévinas), tous, ils disent la même chose : l' animal est privé de langage. Ou, Plus précisément, de réponse (...). Le mal est fait depuis longtemps et pour longtemps. Il tiendrait à ce mot, il se rassemblerait plutôt dans ce mot, l'animal, que les hommes se sont donné, comme à l'origine de l'humanité, afin de s'identifier, pour se reconnaître, en d'être ce qu'ils se disent, des hommes, capables de répondre et répondant au nom d'hommes. "

 

 

! DIAMON~11

 

 

JACQUES DERRIDA

Ed. Galilée, 2006

 

 

! DIAMON~11

 

 

chassell