Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Poésie, Littérature, Peinture, World music, Flamenco

older | 1 | .... | 81 | 82 | (Page 83) | 84 | 85 | .... | 177 | newer

    0 0
  • 06/07/16--02:32: ECLATS DE VIVRE ...Extrait
  • Chairs en feston

    au grand soleil

    charniers que hument

    lune &vents

    fumées

    que happe le néant

     

    Sorts que lâche le noir

    Morts que mâche la terre

    si près du ciel des radicelles

    qui boivent leur prière

     

    Sommeil effrayé

    sur les seuils

    Portes forcées

     

    Pires que loups

    & bien moins qu'hommes :

    ceux qui égorgent

    & qui éventrent

    tout ce qui dans l'ombre respire

     

    Afflux de fange dans leur coeur

    fleuve de sang dans leur sillage

    thrène des mères qui devient

    cette ample douleur animale

    cette haine infinie

    où les noms

    perdent leur soleil

     

    .

     

    RAYMOND FARINA

     

    .

     

     

    marianne-catzaras1,

    Photographie Marianne Catzaras


    0 0

    Aux 343 « salopes » et à leur beau combat

     

     

    « Que celui d’entre vous qui est sans péché lui jette la première pierre. »
    Evangile selon saint Jean

    .

     

    La pilule n’existait pas encore et elle était donc amère pour ces femmes qui avaient eu le malheur d’aimer simplement un homme « interdit » ou un de ceux qui passent très vite. Elle était donc amère pour ma future mère, embarquée pour la troisième fois (au moins) avec un petit œuf au creux de ce ventre que j’ai toujours connu rond comme si Maman portait, en pénitence, ses grossesses pour la vie.
    Elle habitait la campagne. Elle était déjà fille-mère deux fois, autant dire pour ce village de trois cent âmes bien catholiques et bien nées, « putain ». D’ailleurs, il dut y avoir encore avant d’autres promis ou promises à la vie en dehors de mes deux grandes sœurs qui avaient, elles, tenu leurs promesses… car Maman connaissait alors, comme elle me le raconta bien plus tard, un « truc qui marchait » parfois et pouvait empêcher à jamais le petit œuf de marcher justement : oh non pas de ces histoires d’aiguilles à détricoter mais plutôt une histoire de botte de foin sans aiguille.
    Quand la « petite graine » restait accrochée, quand Maman ne « voyait pas », elle se mettait à faire du sport. Simplement. Elle avait même inventé une nouvelle discipline qui ne fut jamais admise par les imbéciles du Comité au rang de discipline olympique : le saut de bottes de foin. Et Maman s’entraînait dur, très dur.
    Elle empilait les balles de foin et puis sautait tant qu’elle pouvait du haut de ces Tours de Pise improvisées. Elle s’est ainsi entraînée plusieurs semaines mais n’a pas gagné la médaille. La preuve… c’est que je peux vous raconter tout cela.
    C’était un duel entre elle et ce petit oeuf idiot qui allait lui pourrir la vie. Il fallait un choc violent pour que «ça se décroche ». Mais je tenais bien les chocs et je m’accrochais déjà comme je pouvais à mon petit bout de ficelle ou à je ne sais quoi12. Elle s’entraîna donc tant qu’elle put et finalement elle se résigna à sauter… sur la première occasion de déménagement venu. Direction le Nord afin d’éviter que les langues se délient à nouveau pour la lapider de leur horrible venin quand je me délierais de moi-même pour le plongeon dans la vie. « Courage, fuyons ! », puisque désormais elle pouvait dire « nous » en parlant d’elle.
    C’est ainsi que je suis né bien loin du lieu de ma conception et je n’eus jamais, de la part de Maman, d’explications très plausibles sur celle-ci. Mon père était mort au front en Indochine ; il était marié de plus à une femme qui était internée et n’avait donc jamais pu divorcer pour vivre avec la mère de « ses » trois enfants… Maman aurait fait, à coup sûr, une excellente romancière. Quand on lutte contre l’opprobre, contre l’injuste opprobre, cela crée bien des talents et on réinvente sa vie à chaque pas. Pour moi, j’ai dû me faire romancier pendant plusieurs années en me fabriquant un papa à ma mesure contre cet horrible parâtre que Maman installa ensuite auprès de nous. Je racontais même à mes copains que Papa, mon vrai papa, me parlait parfois depuis son pays des non-revenus.
    Je n’ai appris la vérité« officielle » que bien des années plus tard. Mais je me suis toujours dit qu’une vérité plus « officieuse » pouvait être plus horrible encore. Mieux valait ne pas trop fouiller… dans le linge sale de notre famille.
    Mais pour ce qui concerne les balles de foin, Maman m’a bien raconté. On m’a souvent dit qu’elle n’aurait pas dû. Quel manque de psychologie, vraiment ! Le mal qu’elle avait pu me faire! Bon, il me semble que j’ai survécu là encore. Et que ce fut peut
    être moins douloureux et dangereux que ces sauts sans parachute que j’avais affrontés.
    Bien sûr, il y en a qui ont profité, des années durant, de ce passé qui aurait pu n’être même pas un passé. Puisque j’avais failli ne pas exister, autant admettre que je n’existais pas et me tenir pour quantité négligeable. Presque un « résidu de fausse couche » comme on disait à une époque. Déjà que je ne sortais pas de la cuisse de Jupiter !
    On peut toujours donner des leçons. Traiter ma mère de mère « indigne ». Mais une mère indigne qui aura élevé, avec les moyens du bord et contre vents et marées, les quatre enfants qui restèrent finalement accrochés à son ventre. Aux vertus que l’on exige chez une mère célibataire… connaît-on beaucoup de femmes mariées qui fussent dignes d’être ces « putains » que l’on méprise ?...
    Maman misère… Je t’écris aujourd’hui comme si tu étais là encore, toi qui as décroché, depuis déjà bien longtemps, de cette vie que tu as toujours bue sans sucre comme tu le disais. Je ne peux et ne pourrai jamais t’en vouloir, même un peu. Je ne pourrai jamais te juger, avec cette poutre que j’ai dans l’œil, mais au contraire je te remercie d’avoir mal sauté finalement, de n’avoir pas gagné ce premier combat contre moi.
    On m’a traité de « bâtard » mais j’ai appris, par la bouche de mon grand maître de littérature, que souvent, à l’époque romantique, les bâtards pouvaient devenir aussi des héros. Je me suis ainsi trouvé un petit frère du nom de Gavroche, avec qui je suis parfois le nez dans le ruisseau, et un grand frère du nom de Julien. Ce dernier m’a même donné des leçons d’«énergie sorélienne » et je pense souvent à lui, même s’il n’a plus la tête sur les épaules.
    Et puis, comme il y a des soldats inconnus, il faut dire qu’il y a pas mal de bâtards inconnus que les mamans déshonorées n’honorent guère. Toi, tu as su « me reconnaître »13. Même si j’étais un garçon quand tu aurais préféré une fille (c’est vrai que les garçons ne t’avaient pas fait de cadeau, ou plutôt t’en avaient fait un peu trop…). Même si la sage-femme qui t’a accouchée t’avait promis que cela ferait de la « belle chair à canon » vingt ans plus tard. Ça encore, tu me l’as dit et tu n’aurais pas dû, paraît-il…
    Des décennies après, je suis toujours là. La chair s’est flétrie sans que les canons passent. Ça ne fera plus jamais de la « belle » chair à canon. Merci, l’Europe ! Vingt ans plus tard, je n’ai pas connu la guerre redoutée mais les canonnades espérées de la parenthèse enchantée. Après la loi Neuwirth, les hommes y allaient toujours la « fleur au fusil » mais ne laissaient d’autre trace, sur le bord des routes où ils passaient, que quelques innocents pétales. Les aiguilles à détricoter pouvaient se faire plus rares, même si elles ne rouillaient pas encore toutes dans les placards, et il n’était plus besoin, vraiment, de reconnaître la discipline sportive que tu avais inventée.
    La pilule n’était pas amère mais quotidiennement heureuse. Il n’était amer que de l’oublier. La maladie qui avait emporté Baudelaire, Maupassant ou Nietzche se soignait comme un rhume et si l’urine était parfois chaude à force de mettre son « zobe dans des coinstots bizarres »14, quelques antibiotiques vous aidaient à la refroidir au plus vite. Pour la première fois de l’histoire, les femmes pouvaient offrir, sans trop d’appréhension, leur plus belle rose juste pour un sourire. C’était simplement beau. Bien sûr, il convenait toujours, et heureusement, de ne pas oublier, comme un vêtement inutile sur le porte-manteau, le respect dûà l’autre. Dieu, s’il existe, pouvait admirer, sans honte, sur son écran multicolore, une partie de sa création batifoler librement. De belles séances érotiques auxquelles j’ai pu moi-même participer comme simple
    figurant… C’était sans chichi et sans tralala mais le coeur était bien au rendez-vous de ces « amours d’antan ».
    On a même pu penser qu’il suffisait de faire l’amour pour « changer la vie »… Ça le grand frère Rimb’ n’y avait pas pensé. C’est que le cerveau de nos vingt ans se reposait où l’œil se posait. Après tout, il est de plus terribles illusions. Et mes copains qui terminaient leur copie de philo au bac par un « Vive le marxismeléninisme ! » pourraient maintenant en témoigner.
    Souvent, alors même que tu t’éloignais à toute vitesse de ce monde, je pensais à toi tout en jouant à touche-pipi dans les bras de mes petites copines d’un soir et de toujours. Nous nous aimions, même si ce n’était que le temps d’une nuit infinie. Nous nous respections et nous ne nous mentions jamais.
    Je pensais à toi, Maman, et à ce bonheur simplement innocent, ce bonheur sans peur et sans reproche que tu n’avais pas connu.
    Que tu ne connaîtrais jamais.

     

    .

     


    GUY ALLIX

    Librairie Galerie Racine 2008

     

    .

     

    HENRI BOUTET7

    Oeuvre Henri Boutet

     

     

     


    0 0
  • 06/07/16--08:05: FEUILLETS D'HYPNOS...Extrait
  •  La contre-terreur c’est ce vallon que peu à peu le brouillard comble,

    c’est le fugace bruissement des feuilles comme un essaim de fusées

    engourdies, c’est cette pesanteur bien répartie, c’est cette circulation

    ouatée d’animaux et d’insectes tirant mille traits sur l’écorce tendre

    de la nuit, c’est cette graine de luzerne sur la fossette d’un visage

    caressé, c’est cet incendie de la lune qui ne sera jamais un incendie,

    c’est un lendemain minuscule dont les intentions nous sont inconnues,

    c’est un buste aux couleurs vives qui s’est plié en souriant, c’est l’ombre,

    à quelques pas, d’un bref compagnon accroupi qui pense que le cuir de

    sa ceinture va céder… Qu’importe alors l’heure et le lieu où le diable

    nous a fixé rendez-vous.

    .

    .

    .

    RENE CHAR

    .

    .

     

    .

    CHAR

     

     

     


    0 0
  • 06/07/16--08:14: LAMENTACION
  • Hemos tenido tantas cosas

    que decir, y no se dijeron!

     

    Prodigiosas palabras jóvenes

    para herir los oídos viejos.

    Maravillosas melodías,

    cantos inéditos.

    Hemos cantado todos juntos

    y hemos llorado en el silencio.

    Aprendimos muy dura ciencia

    a costa de los propios sueños.

     

    ¡Hemos tenido tantas cosas

    que decir, y no se dijeron!

    ¡Hemos salvado tan alegres

    los sombríos presentimientos!

    Hemos amado cada tallo,

    cada frío harapo de invierno,

    cada gota de madrugada

    con tan loca avidez, sabiendo

    que éramos carne de una fábula

    que alguien vivía en el misterio!

    Tan hermosas canciones! Ráfagas

    tan ardientes que nos hirieron.

     

     

    Música de astros interiores

    que nacían en nuestro reino.

    Flautas tañidas, en la tarde,

    por las manos vagas del sueño.

    ¡Y tantas limpias hermosuras

    como cayeron!

    Y girar sin fin en el alba

    con la oscura palabra dentro,

    con el cantar a flor de vida

    ignorando el remoto término.

     

    ¡Hemos tenido tantas cosas

    que decir, y no se dijeron!

    Y miramos cómo en el aire

    vuela la música sin dueño,

    sin que podamos apresaría

    con nuestros torpes instrumentos.

     

    .

     

    JOSE HIERRO

     

    .

    frede & vous,

    Photographie Frede & Vous


    0 0
  • 06/07/16--08:23: LAMENTATION
  • Nous avons eu tant de choses

    à dire, qui n’ont pas été dites !

     

    Prodigieuses paroles jeunes

    pour heurter les ouïes vieilles.

    Merveilleuses mélodies,

    chants inédits.

    Nous avons chanté tous ensemble

    et nous avons pleuré dans le silence.

    Nous avons appris une dure science

    au détriment de nos propres rêves.

     

    Nous avons eu tant de choses

    à dire, qui n’ont pas été dites !

    Nous avons évité si gaiement

    les sombres pressentiments !

    Nous avons aimé chaque pousse,

    chaque froide guenille d’hiver,

    chaque goutte de petit matin

    avec une avidité si folle, conscients

    que nous étions la chair d’une fable

    vécue par quelqu’un dans le mystère !

    Tant de belles chansons ! des rafales

    si ardentes qu’elles nous ont blessés

     

    Musiques d’astres intérieurs

    qui naissaient dans notre royaume.

    Flûtes jouées, le soir venu,

    par les mains vagues du rêve.

    Et tant de beautés si limpides

    qui sont tombées !

    Et tourner sans fin dans l’aube

    avec la sombre parole au-dedans,

    avec le chant à fleur de vie,

    ignorants de la fin lointaine.

     

    Nous avons eu tant de choses

    à dire, qui n’ont pas été dites !

    Et nous regardons dans l’air

    voler la musique sans maître,

    sans que nous puissions la saisir

    avec nos instruments maladroits.

     

    .

     

    JOSE HIERRO

    Traduction Claude de Frayssinet

     

    .

     

    thami 4

    Photographie Thami Benkirane

    benkiranet.aminus3.com


    0 0
  • 06/08/16--08:54: SOHRÂB SEPEHRI...Extrait
  • Moi dans cette obscurité
    Je songe à un agneau lumineux
    Qui viendrait paître l'herbe de ma fatigue.

    Moi dans cette obscurité
    Je vois le prolongement humide de mes bras
    Sous la pluie
    Qui mouilla les premières oraisons de l'homme.

    Moi dans cette obscurité
    J'ai ouvert la porte aux prairies antiques,
    Aux ors que nous contemplâmes sur le mur des mythes.

    Moi dans cette obscurité
    J'ai vu les racines
    Et au tout jeune buisson de la mort, j'ai expliqué l'eau.

     

    .



    SOHRÂB SEPEHRI

    .

    COUVENT

    Couvent St François , Nonza, Cap Corse


    0 0
  • 06/08/16--09:24: MON AMOUR...
  • Mon amour,

    le désespoir est une discipline du soir

    de ce moment soudain léger où les poids semblent envolés

    de ce moment perfide dont j'essaye d'écrire la couleur

    Mon amour,

    l'ivresse des choses uniques installe sa dentelle

    La vie soudain exaltée est sublime et dérisoire

    Tu entres dans l'inconstance du temps,

    les solides se liquéfient,

    l'air est sensible au geste

     

    ...

     

    Mon amour,

    j'ai parcouru toutes les pages

    en vain mais sans regret,

    étais-tu là,

    tapi dans la pénombre des lettres usées,

    dans ces signes si fragiles dont le parcours m'est familier,

    cette avenue prendra-t-elle fin,

    quel livre encore à lire

    pour y trouver cette goutte de l'élixir secret,

    mon amour,

    inconnu,

    infiltré dans les rainures des parois de calcaire,

    glissant entre les platanes tachés,

    attendant ton tour dans la foule de la procession domestique,

    je n'abandonne rien au hasard

     

    .



    FUMI YOSANO

     

    .

     

     

    anja matko

    Photographie Anja Matko

     

     

     


    0 0
  • 06/09/16--08:33: GUISANE...Extrait
  • Ecrire,

    c’est poser sur la mélancolie du miel.

    C’est placer la ruche de vivre au cœur de l’abeille des jours.

    Ecrire,

    c’est se placer sous l’ombre latérale de la lune.

    Invoquer sa puissance minérale.

    Partager la ligne inconnue des étoiles avec les fourmis et les passants de l’herbe.

    Ecrire,

    c’est dire un monde qui hésitait à naître.

    Il y a dans chaque ruelle du sens et des fragrances.

    Ecrire est une femme d’argile.

    Puissante et visionnaire.

    Ecrire est un homme d’ambre.

    Qui dans son silence détient la clef du passage.

    Ecrire,

    c’est pousser une porte.

    C’est traduire la brume de l’âme.

    Ecrire,

    c’est entrer dans la fratrie des humains.

    Partager le sel et l’ocre de la terre.

    Partager la souffrance et le miroir d’une joie humble.

    Partager l’intérieur avec la ligne d’horizon du grand imaginaire des hommes.

    Ecrire,

    c’est donner. C’est prendre.

    Et restituer la parole dans un frémissement.

    Ecrire,

    c’est oublier des milliers de mots pour choisir le mot juste.

    Celui qui ouvre le ciel dans sa densité et son mystère.

    Ecrire,

    c’est donner une chance à l’ange de demeurer dans l’intégrité du don.

    Ecrire,

    c’est la vie et la mort.

    Le soleil et la pluie rouge.

    Ecrire,

    c’est pour chacun le lien précieux avec l’inventaire du temps qui passe

    et la mémoire d’une vie.

    Ni grande. Ni petite. Ni sublime. Ni insignifiante.

    Une vie dans la lumière acquise et dans l’ombre redoutée.

    Ecrire

    est une pierre précieuse dans l’incarnation d’un tout petit caillou.

    Qui contient à la fois l’humilité et le point-virgule de l’éternité.

     

    .

     

     

    © PATRICK CHEMIN

    (2013)

     

    .

     

    pat


    0 0

    Îles que j'ai habitées
    vertes sur des mers immobiles.

    D'algues sèches et de fossiles marins
    les plages où galopent fous d'amour
    les chevaux de la lune et des volcans.
    Au moment des secousses,
    les feuilles, les grues assaillent l'air :
    dans la lumière des alluvions
    brillent des ciels chargés ouverts aux astres ;
    les colombes s'envolent
    des épaules nues des enfants.
    Ici finit la terre :
    avec de la sueur et du sang
    je me construis une prison.
    Pour toi je devrais me jeter
    aux pieds des puissants,
    adoucir mon cœur de brigand.
    Mais traqué par les hommes
    je suis encore en plein dans l'éclair,
    enfant aux mains ouvertes,
    aux rives des arbres et des fleuves :
    ici la latomie féconde
    l'oranger grec pour les noces des dieux.

     

    .

     

    SALVATORE QUASIMODO

     

    .

    REZVANI8,

    Oeuvre Serge Rezvani

    http://www.sergerezvani.com/

     

     


    0 0

    « Pour qu’une rêverie se poursuive avec assez de constance pour donner une oeuvre écrite, pour qu’elle ne soit pas simplement la vacance d’une heure fugitive, il faut qu’elle trouve sa matière, il faut qu’un élément matériel lui donne sa propre substance, sa propre règle, sa poétique spécifique. Et ce n’est pas pour rien que les philosophies primitives faisaient souvent, dans cette voie, un choix décisif. Elles ont associéà leurs principes formels un des quatre éléments fondamentaux qui sont ainsi devenus des marques de tempéraments philosophiques. Dans ces systèmes philosophiques, la pensée savante est liée à une rêverie matérielle primitive, la sagesse tranquille et permanente s’enracine dans une constance substantielle. Et si ces philosophies simples et puissantes gardent encore des sources de conviction, c’est parce qu’en les étudiant on retrouve des forces imaginantes toutes naturelles. Il en va toujours de même : dans l’ordre de la philosophie, on en persuade bien qu’en suggérant des rêveries fondamentales, qu’en rendant aux pensées leur avenue de rêves. »

     

    .

     

    GASTON BACHELARD

     

    .

     

     

    rezvani-peinture2

    Oeuvre Serge Rezvani

    http://www.sergerezvani.com/

     


    0 0
  • 06/09/16--13:12: FERNANDO PESSOA
  • Moment imperceptible,
    à quoi ressembles-tu, car
    il y a en moi maintenant quelque chose
    qui ne finira jamais.

    Je sais que les années passant,

    de cela je me souviendrai
    sans savoir alors de quoi il s'agit,
    car maintenant déjà je ne le sais pas.

    Même si un tel moment n'était rien,

    il en reste quelque chose
    qui me sera doux encore
    quand je ne me le rappellerai plus.
    .
    .
    .
    .
    FERNANDO PESSOA
    .
    .
    .

    pessoa


    0 0


    0 0

    Je veux te dire cette sorte de secret

    qu’on ne lit qu’en soi loin

    derrière les paupières fermées

    longtemps après que sur le cercueil

    se sont reformés les liens du jour

     

    tes morts ne sont qu’à toi


    toi seule sais leur nom véritable

    celui qu’on n’écrit pas aux registres

    parce qu’il n’est signe dans nulle langue humaine

    et qu’il n’est pas d’oreilles pour la voix qui le dit


    toi seule les vois tes morts

    hors leur visage de cendres

    et les vois sans faillir dans l’absence même

    toi seule l’ombre plus claire dans l’ombre

    où leur regard paraît


    et l’exacte main de douceur sur ton front

    pareille au flux des herbes dans la brise

    toi seule la reconnais

    qui n’est pas la matière des songes

    ni comme le souvenir appariée au désert


    toi seule sais

    la douceur des morts qui t’appartiennent

    car tu es né de leur douceur

    et tu prolonges dans chacun de tes gestes

    la douceur qui fut le pli heureux de leur vie

    à tes yeux désormais

    de voir clair dans la transparence

    que fait leur disparition

    à toi de comprendre dans la vie requise

    l’effacement et le soleil unanimes

    ta joie volontaire

    et la beauté sans volonté des choses


    comme endormis tes morts rêvent à tes côtés


    tu ne guériras pas de leur nuit

    mais tu accompliras

    comme l’île continuant la terre où elle n’est plus

    leur part perdue

    car fille des tes morts

    tu es ce qu’ils ignoraient d’eux-mêmes

     

    .

     

    JEAN-PIERRE SIMEON

     

    .

     

    La_Jeune_Fille_et_la_Mort-Marianne_Stokes-

    Oeuvre Marianne Stokes

     

     

     

     

     


    0 0
  • 06/13/16--02:17: HOMMES ET BÊTES...
  • A toi Centaure, à ta moitié humaine ;
    A vous chimères, et monstres incomplets ;
    A vous, hybrides, à vous énergumènes,

    que l'on traite d'impurs ou d'imparfaits ;
    Nous rallions nos cœurs, nos âmes pleines,
    Tous dans un même élan pour entonner
    Cette chanson où l'on s'est retrouvé
    A ce refrain toujours nous ramène :

    Hommes et bêtes, venez dessiner

    La carte de notre voyage immense,
    A l'impossible on est destiné

    Sur tous les chemins de TransHumance

    La terre sous nos pieds comme semelle
    Sur nos têtes les cieux comme chapeau
    Partout ensemble nos âmes se mêlent
    Aux étoiles pour faire un grand troupeau
    Et transportés par tous les vents rebelles
    Unis par nos souffles et nos sabots
    Nous vous laissons bannières et drapeaux

    C'est l'aventure qui nous appelle !
    Hommes et bêtes, venez dessiner

    La carte de notre voyage immense,
    A l'impossible on est destiné

    Sur tous les chemins de TransHumance

    Que vaut un homme s'il est seul au monde
    Si la terre n'a que lui à porter ?

    Que peut une étoile, si, à la ronde
    D'autres soleils ne la font pas briller ?
    Dans les cieux sur la terre ou bien sur l'onde

    Ne soyons plus qu'une grande marée !

    Les éléments n'auront qu'à se plier
    Au tumulte de nos pas qui gronde !

    Hommes et bêtes, venez dessiner

    La carte de notre voyage immense,
    A l'impossible on est destiné

    Sur tous les chemins de TransHumance

     

    .

     

    MANU THERON

     

    .

     

    frida khalo2

    Oeuvre Frida Khalo


    0 0
  • 06/13/16--02:30: UMAR TIMOL
  • Avec ce qu’il lui reste de sang,

    il façonne l’argile de vos lèvres.

    Avec ce qu’il lui reste de rêves

    il façonne les paysages de vos exils.

    Avec ce qu’il lui reste de larmes

    il façonne ces fleuves qui dénoueront vos blessures.

    Avec ce qu’il lui reste de mots

    il façonne des poèmes pour que l’éternité puisse vous étreindre.

    Avec ce qu’il lui reste de souffle

    il façonne la genèse d’un corps,

     le vôtre, que le deuil n’osera effleurer.

    Avec ce qu’il lui reste de silence,

    il façonne ces cathédrales qui encenseront vos paroles.

    Avec ce qu’il lui reste de désirs

    il façonne ces terres peuplées par vos extases.

    Avec ce qu’il lui reste de nostalgie

    il façonne ce temps qui n’est autre que le temps de votre être.

    Avec ce qu’il lui reste de solitude,

    il façonne ces versets qui consoleront toute solitude.

    Avec ce qu’il lui reste de force il façonne ce miroir,

    - plus ample que nos nuits -, que votre beauté ne cessera d’éblouir.

    Avec ce qu’il lui reste de révolte,

    il façonne les sacrilèges qui conjureront la mort.

    Avec ce qu’il lui reste d’amour,

    il façonne une âme, pas votre âme-sœur,

    mais une âme parfaitement semblable à la vôtre,

    devenue son âme, qui ne cessera de vous contempler et de vous aimer.

    .

    .

    .

    UMAR TIMOL

    .

    .

     

    .

    ciels

     


    0 0
  • 06/14/16--09:41: AGNES SCHNELL
  • Les jours ont perdu
    parfums et couleurs
    jusqu'à leur nom.
    Le vent se traîne
    sur l'ombre rougie
    le souffle cherche les voiles
    et la carène,
    toi tu refuses de lâcher prise.

    Voici la sente nue
    où tu scandais par ton pas
    un bout de poème,
    l'harmonique lente
    de quelques vers impérieux.

    Derrière la brume,
    le quotidien
    dont tu t'ébrouais
    avec insolence.

    Derrière la brume,
    tes songes rocailleux
    tes mots tendres
    que tu t'efforçais de nouer
    à mains nues.

    Mais qui retient le vent ?

    .

     

     

    AGNES SCHNELL

     

    .

     

     

    Monserrat Gudiol4,

    Oeuvre Montserrat Gudiol


    0 0
  • 06/14/16--11:16: DERISOIRE
  • Voici que déjà mon nom
    s’efface
    et rompt avec la partition
    que j’avais déroulée.

    Je l’ai jouée à m’y perdre
    a cappella
    à l’envers sans répit.

    Les mots retournent aux lettres
    et les lettres aux signes
    réseaux hâtivement bâtis
    entrelacs de lignes coléreuses
    de points évasifs ou mourants.

    Voici que déjà s’amenuise
    l’espace tel un feu
    que l’on couvre brusquement,
    des pattes d’oiseaux
    sur l’humidité du sable,
    le fantôme d’un arbre
    où le vent reste prisonnier.

    Que c’est étrange !

    Alice aux cheveux blanchis,
    on cherchait un lieu
    d’écriture lente
    où déposer nos mains lassées…
    On voulait passer
    non comme passent les choses
    mais traverser aller plus loin
    de l’autre côté.

    On a changé de train
    en route
    et on ne sait pas dans quel sens
    il est dirigé.

    Au loin la sibylle
    noie la mer
    dans ses yeux glauques.
    Au loin elle appelle
    mais son chant
    est moins beau que l’écho
    moins prégnant
    que le cri des hérons
    ou des palombes.

    Montent alors
    peurs et fièvres
    comme dans l’enfance
    quand on était tout petit
    au fond d’un lit.

    Que c’est étrange !

    On craint soudain
    les fissures de l’ombre
    la mort de vieux amis
    la lumière rongée mitée…
    Ce serait peut-être l’autre côté
    des choses
    mais pas celui
    qu’on attendait.

    Alors on étreint
    le vent qui flagelle
    la source et les nœuds
    et l’arbre trop grand
    et la forêt telle une mer trompeuse
    qui rougit
    pour dire ses marées.

    On étreint
    jusqu’à la nausée
    pour prendre appui
    pour avoir prise
    pour revenir…

    On émerge de l’érosion
    de la rumeur où se conjuguent
    les cris de l’autre
    le chant de l’eau et de l’automne
    et les mots
    en un poème
    essoufflé…

     

    .

     

     

    AGNES SCHNELL

     

    .

     

    Delmeire François-xavier2

    Oeuvre François Xavier Delmeire

    http://reivaxbd.wix.com/collage


    0 0

    La tromperie n'entre jamais en conflit avec la raison, car les choses auraient pu se passer effectivement de la façon dont le menteur le prétend. Le mensonge est souvent plus plausible, plus tentant pour la raison que la réalité, car le menteur possède le grand avantage de savoir à l'avance ce que le public souhaite entendre ou s'attend à entendre. Sa version a été préparée à l'intention du public, en s'attachant tout particulièrement à la crédibilité, tandis que la réalité a cette habitude déconcertante de nous mettre en présence de l'inattendu, auquel nous n'étions nullement préparés

     

    .

     

     

    HANNAH ARENDT

     

    .

    MENSONGE


    0 0

    ....

     
     
     
     

    A la fin il y aurait la mer, visage déchirant, comme un grand désert violet, lente, très blanche, et musicale, peut-être un peu blessée, mais si remuée de soleil.
    Et au-delà, cette matière nue, ce sel de désirs.
    Toi, ma désarmée d’avant saison, mon indécis parmi les ronces, nous avançons dans les rires gonflés de questions, avec l’entêtement absurde des hublots.
    Paupières battantes, la joie.
    Toi, mon grand délire d’extrême raison, ma déchirée solaire, ô dites moi cet espoir insensé, et l’aube vive comme un chant de coquelicots.
    A la fin peut-être nous pourrions être heureux ?

     

    .

     

    COLETTE GIBELIN

     

    .

     

     

    ode

    Oeuvre Ode

    http://www.artmajeur.com/fr/artist/odegalery/collections

     

     

     


    0 0
  • 06/16/16--08:17: VIVANTE PIERRE...Extrait
  • Frémissements de galets
    lavés par la marée
    Fissure en marche vers l’aurore
    Quel vent des origines anime la matière
    insuffle la vie
    à la roche blessée ?

     


    Alluvions, sédiments,
    éboulis, effritements
    Le temps gerce la chair minérale,
    s’infiltre dans l’énigme
    O mémoire du monde
    close comme un fruit mûr
    avant la chute.


    Cœur de granit
    et regard transparent du cristal
    accrochant la lumière
    pour ne pas renoncer
    Turquoises, saphirs, opales
    Ultimes flamboiements
    des grandes forces telluriques


    Stries, strates,
    rayures vitales,
    entassements millénaires
    Le temps invente les fossiles
    comme des étoiles oubliées


    Et nous, imaginant bâtir d’éternelles montagnes
    Nous, semant les cailloux de nos songes
    Que sommes-nous sinon statues d’argile
    et de sable, et poussière
    périssables, comme la pierre
    Nous, laves et scories
    explosions et fragments

     


    Lentement
    une parole pétrifiée
    sculpte la grotte aux statactites
    et traverse
    dans la nuit des météorites le silence de l’univers
    Cependant qu’immobile, et pourtant vif,
    travaillé d’énergie
    comme un feu nucléaire
    impassible, et pourtant écorché,
    le rocher ardent
    le rocher souffrant,
    enseigne la genèse, et l’apocalypse
    à qui voudra l’entendre.

     

    .

     

    COLETTE GIBELIN

     

    .

    hephaistos2

    Rocher anthropomorphe Corse du sud

     

     


older | 1 | .... | 81 | 82 | (Page 83) | 84 | 85 | .... | 177 | newer