Quantcast
Channel: EMMILA GITANA
Mark channel Not-Safe-For-Work? cancel confirm NSFW Votes: (0 votes)
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel.
0

LE TEMPS QU'IL FAIT...Extrait

0
0
Le temps pour l’aube d’être aubépine et solitaire Le temps d’une aile d’hirondelle. Le temps pour l’air de se ployer. L’espace écarte ses deux rives, range son lit de souffles lisses, se maintient droit ;le temps pour l’herbe de faire place sans s’agiter. Le temps pour l’aubépine d’étendre ses dix bras. Vite fait, le ciel aide. Le temps des pavillons de toutes les couleurs. Le temps d’un rayon plus frais qui perle goutte à goutte Le temps de l’hirondelle de couler. Le temps d’être libre ; le temps d’être l’aube. Le temps d’être l’âme. Le temps pour l’âme d’étendre ses mille bras. Le temps d’être sauvage, d’être fait de rosée, de se croiser des bras vaillants, humides. Le temps d’être au monde pour aimer, le temps d’aimer pour être au monde ; le temps pour l’hirondelle de revenir. Le temps d’une herbe qui reprend calme. Le temps qui va du souvenir à l’avenir. Le temps sans rien que lui-même. « Le temps sans rien que lui-même, une hirondelle peut le porter »
.
.
ARMAND ROBIN
.
.

.

THAMI EL HANI2

Oeuvre Thami el Hani

L'ART ROMANTIQUE...Extrait

0
0

« C’est cet admirable, cet immortel instinct du Beau qui nous fait considérer la Terre et ses spectacles comme un aperçu, comme une correspondance du Ciel. La soif insatiable de tout ce qui est au delà, et que révèle la vie, est la preuve la plus vivante de notre immortalité. C’est à la fois par la poésie et à travers la poésie, par et à travers la musique, que l’âme entrevoit les splendeurs situées derrière le tombeau ; et quand un poème exquis amène les larmes au bord des yeux, ces larmes ne sont pas la preuve d’un excès de jouissance, elles sont bien plutôt le témoignage d’une mélancolie irritée, d’une postulation des nerfs, d’une nature exilée dans l’imparfait et qui voudrait s’emparer immédiatement, sur cette terre même, d’un paradis révélé. »

 .

 

CHARLES BAUDELAIRE

 

.

 

BAUDELAIRE

 

 

EXTRAIT DU DISCOURS AU NOBEL - NAGUIB MAHFOUZ

0
0

Vous vous demandez peut-être comment cet homme venant du tiers monde peut-il être suffisamment en paix avec son esprit pour écrire des histoires ? Vous avez parfaitement raison. Je viens d’un monde laborieux qui croule sous le fardeau des dettes dont le remboursement l’expose à la famine ou presque. Certains des habitants de ce monde périssent en Asie des inondations, d’autres périssent en Afrique de la famine. En Afrique du Sud, des millions d’hommes sont rejetés et sont privés de tous les droits humains à l’ère des droits de l’homme, comme s’ils ne comptaient pas  parmi les hommes. En Cisjordanie et à Gaza, des gens sont perdus, en dépit du fait qu’ils vivent sur leurs propres terres, les terres de leurs pères, de leurs grands-pères et arrière-grands-pères. En échange de leur départ fier et noble — hommes, femmes, jeunes et enfants confondus — on leur a rompu les os, on les a tués avec des balles, on a détruit leurs maisons et les a torturés dans les prisons et les camps. Autour d’eux vivent 150 millions d’Arabes qui suivent ce qui se passe dans la colère et le chagrin. Une catastrophe menace la région si elle n’est pas sauvée par la sagesse de ceux qui désirent une paix juste et globale. (…)

Ne soyez pas spectateurs de nos misères. Vous avez à  jouer un rôle noble qui sied à votre statut. De par votre position de supériorité, vous êtes responsables de toute dérive du monde animal ou végétal — pour ne pas parler de l’homme, et ce, où qu’il se trouve aux quatre coins du monde. Nous en avons assez des mots. Il est maintenant temps d’agir. Il est temps de mettre fin à l’âge des brigands et des usuriers. Nous sommes à l’âge où les dirigeants doivent être responsables de l’ensemble du monde. Sauvez les esclaves du sud de l’Afrique ! Sauvez les affamés en Afrique ! Sauvez les Palestiniens des balles et de la torture ! Sauvez les Israéliens qui profanent leur grand patrimoine spirituel ! Sauvez ceux qui sont endettés pas les lois rigides de l’économie ! (…)

Il se pourrait que le Mal soit plus faible que nous ne l’imaginons. En face de nous se tient une preuve indélébile : si la victoire n’était pas toujours du côté du Bien, des hordes d’humains errants n’auraient pas été capables de faire face aux bêtes et aux insectes, aux catastrophes naturelles, à la peur et à l’égoïsme, et n’auraient pu croître et se multiplier. Elles n’auraient pas été en mesure de former des nations, et d’exceller dans la créativité et l’invention, de se lancer à la conquête de l’espace et de déclarer les droits de l’homme. La vérité de la matière est que le Mal n’est qu’une débauche bruyante et turbulente, et que l’homme se souvient plus de ce qui le blesse que de ce qui lui plaît.

 

.

 

NAGUIB MAHFOUZ

1988

 

.

 

 

mahfouz1

Naguib Mahfouz

L'OMBILIC DES LIMBES....Extrait

0
0

Là où d’autres proposent des œuvres je ne prétends pas autre chose que de montrer mon esprit.
La vie est de brûler des questions.
Je ne conçois pas d’œuvre comme détachée de la vie.
Je n’aime pas la création détachée. Je ne conçois pas non plus l’esprit comme détaché de lui-même. Chacune de mes œuvres, chacun des plans de moi-même, chacune des floraisons glacières de mon âme intérieure bave sur moi.
Je me retrouve autant dans une lettre écrite pour expliquer le rétrécissement intime de mon être et le châtrage insensé de ma vie, que dans un essai extérieur à moi-même, et qui m’apparaît comme une grossesse indifférente de mon esprit.
Je souffre que l’Esprit ne soit pas dans la vie et que la vie ne soit pas dans l’Esprit, je souffre de l’Esprit-organe, de l’Esprit-traduction, ou de l’Esprit-intimidation-des-choses pour les faire entrer dans l’Esprit.
Ce livre je le mets en suspension dans la vie, je veux qu’il soit mordu par les choses extérieures, et d’abord par tous les soubresauts en cisaille, toutes les cillations de mon moi à venir.
Toutes ces pages traînent comme des glaçons dans l’esprit. Qu’on excuse ma liberté absolue. Je me refuse de faire la différence entre aucune des minutes de moi-même. Je ne reconnais pas dans l’esprit de plan.
Il faut en finir avec l’Esprit comme avec la littérature. Je dis que l’Esprit et la vie communiquent à tous les degrés. Je voudrais faire un livre qui dérange les hommes, qui soit comme une porte ouverte et qui les mène où ils n’auraient jamais consenti à aller, une porte simplement abouchée avec la réalité.
Et ceci n’est pas plus une préface à un livre, que les poèmes par exemple qui le jalonnent ou le dénombrement de toutes les rages du mal-être.
Ceci n’est qu’un glaçon aussi mal avalé.

 

.

 

ANTONIN ARTAUD

 

.

 

ARTAUD,

 

 

 

 

 

ECRITS POETIQUES...Extrait

0
0

je m’agite.
de la décision de ne plus être de la matière que je suis.
de la matière dont je suis fait.
de cette matière-là.
de cette colle-là.
de cette glu-là.
de cette peau-là.
de ce cœur-là.
si je ne veux plus être de cette façon-là.
je n’ai pas d’autre solution que de repartir.
que de rejoindre une autre matière.
que de revenir en arrière.
que de tout faire cesser.
ce qui ne pourrait pas continuer avec cette matière-là.

 

.

 

CHRISTOPHE TARKOS

 

.

 

tarkos

L'ESPERANCE

0
0

Dans l’obscurité pressentir la joie,
Savoir susciter la fraîcheur des roses,
Leur jeune parfum qui vient sous vos doigts
Comme une douceur cherche un autre corps.
Le coeur précédé d’antennes agiles,
Avancer en soi, et grâce à quels yeux,
Eclairer ceci, déceler cela,
Rien qu’en approchant des mains lumineuses.
Mais dans quel jardin erre-t-on ainsi
Qui ne serait clos que par la pensée ?
Ah pensons tout bas, n’effarouchons rien,
Je sens que se forme un secret soleil.

 

.

 

JULES SUPERVIELLE

 

.

 

JULES

 

 

 

JOEL GRENIER...Extrait

0
0

J'ai goûté tous les vents qui agitent la Terre
J'en ai vu des piquants qui trouaient ma mémoire
Mes souvenirs fuyaient, tristes et solitaires.
J'aurais dû les ranger au fond de mon armoire.

J'en ai connu du nord qui m'ont glacé la veine
A m'en faire trembler comme si j'avais peur.
Je gardais mon sang froid mais j'avais de la peine :
Près des feux de l'amour, je partais en vapeur.

J'en ai mangé des doux qui disaient l'avenir
Aux brillants de la lune et de la bague au doigt
Ils me soufflaient tant de promesses à tenir
Que j'ai mis les voiles bientôt comme il se doit

J'ai bu à l'aquilon, dégusté le zéphyr,
Je me suis enivré des vents forts du noroît.
J'ai vidé le mistral de tout son élixir
Et j'ai fini la burle à la table d'un roi.

Mais j'ai surtout aimé le souffle de ta bouche
Sur le bout de mon nez, sur le bord de mon coeur
Quand il se faisait bise pour réchauffer ma couche,
Quand il savait siffler les refrains du bonheur.

 

.

 

JOËL GRENIER

 

.

 

SOUFFLE2,

 

 

 

 

CONCERT ORANGE BLOSSOM LIVE 2014

UN OISEAU CHANTE

0
0


    Un oiseau chante ne sais où
    C'est je crois ton âme qui veille
    Parmi tous les soldats d'un sou
    Et l'oiseau charme mon oreille

    Écoute il chante tendrement
    Je ne sais pas sur quelle branche
    Et partout il va me charmant
    Nuit et jour semaine et dimanche

    Mais que dire de cet oiseau
    Que dire des métamorphoses
    De l'âme en chant dans l'arbrisseau
    Du cœur en ciel du ciel en roses

    L'oiseau des soldats c'est l'amour
    Et mon amour c'est une fille
    La rose est moins parfaite et pour
    Moi seul l'oiseau bleu s'égosille

    Oiseau bleu comme le cœur bleu
    De mon amour au cœur céleste
    Ton chant si doux répète-le
    À la mitrailleuse funeste

    Qui claque à l'horizon et puis
    Sont-ce les astres que l'on sème
    Ainsi vont les jours et les nuits
    Amour bleu comme est le cœur même

.

 

GUILLAUME APOLLINAIRE

 

.

 

BLEU2

Musée archéologique d'Héraklion

CHEVAUX DE FRISE

0
0

Pendant le blanc et nocturne novembre
Alors que les arbres déchiquetés par l’artillerie
Vieillissaient encore sous la neige
Et semblaient à peine des chevaux de frise
Entourés de vagues de fils de fer
Mon cœur renaissait comme un arbre au printemps
Un arbre fruitier sur lequel s’épanouissent
Les fleurs de l’amour

Pendant le blanc et nocturne novembre
Tandis que chantaient épouvantablement les obus
Et que les fleurs mortes de la terre exhalaient
Leurs mortelles odeurs
Moi je décrivais tous les jours mon amour à Madeleine
La neige met de pâles fleurs sur les arbres
Et toisonne d’hermine les chevaux de frise
Que l’on voit partout
Abandonnés et sinistres
Chevaux muets
Non chevaux barbes mais barbelés
Et je les anime tout soudain
En troupeau de jolis chevaux pies
Qui vont vers toi comme de blanches vagues
Sur la Méditerranée
Et t’apportent mon amour
Roselys ô panthère ô colombes étoile bleue
Ô Madeleine
Je t’aime avec délices
Si je songe à tes yeux je songe aux sources fraîches
Si je pense à ta bouche les roses m’apparaissent
Si je songe à tes seins le Paraclet descend
Ô double colombe de ta poitrine
Et vient délier ma langue de poète
Pour te redire
Je t’aime
Ton visage est un bouquet de fleurs
Aujourd’hui je te vois non Panthère
Mais Toutefleur
Et je te respire ô ma Toutefleur
Tous les lys montent en toi comme des cantiques d’amour et d’allégresse
Et ces chants qui s’envolent vers toi
M’emportent à ton côté
Dans ton bel Orient où les lys
Se changent en palmiers qui de leurs belles mains
Me font signe de venir
La fusée s’épanouit fleur nocturne
Quand il fait noir
Et elle retombe comme une pluie de larmes amoureuses
De larmes heureuses que la joie fait couler
Et je t’aime comme tu m’aimes
Madeleine

.

 

GUILLAUME APOLLINAIRE

 

.

Madeleine_Pages2

Madeleine Pagès

http://fr.wikipedia.org/wiki/Madeleine_Pag%C3%A8s

 

 

FEMININS

0
0

Appel féminin et peines peintes

Et ce passage comme un pays de toi

Encore perdu l’esprit à voir

Solitude à l’obscurité allaitante

Les chairs dans les gris pâles

Des tendres atouts au bon sourire muet

Un ruban de tissu à ton épaule brodé

J’ai de toi les navires et les vents puissants

Et tant le parfum et le temps et l’effroi

Devant toi, bègue, moi, une partie de toi

Sur tes grains tes rosées et perlée au loin

Ton mystère sentier dans le vent pleine face

Face au soleil farceur, féminin l’appel en vain

Le vent vain qui frotte mes oreilles

 

Appel féminin aux peines à peindre

J’ai de ton corps les rimes entières

En filant ma mort le long des rues

Puis mourir pour toi, et ton corps

Et encore dire et redire tes pertes et rires

Et encore tes sentes et raccourcis

Les pentes brutes de tes corps blancs

Comme l’aube en toi j’aurais souffert

Mille visages mille paysages mille caresses

Au bout encore l’incertitude d’aimer

Et les morts les morts en tas noirs

Féminin, l’autre, encore, altérité souffrante

Morceaux de toi, de moi, d’encore nous

Comme un fruit blet mûr mou mort

 

Appel féminin tu structures ton nom

T’habilles en rêve de nylons doux

Des perles à ton sexe tout éclairé

En femme, et moi en autrui, l’autre

L’inconnu, l’indécis, le maladroit, le malhabile

Filant ton âme au creux de mes montagnes

N’y comprenant rien de nouveau en mal

Pour parfaire mes méconnaissances de toi

L’incomplétude complète de mes manques

L’inconfort et le mépris encore pour cette vie

Plutôt ploiement et je tombe pour rien

Perdant encore mon équilibre ma soif

Mon embellissement de tes forêts en cale

On ratiboise on coupe on arrache on tue

 

Appel féminin enfin en faim, paisible

Peine et conforts en arrière, le passé

Le relief, tes formes, tes mots, tes lignes

Je souhaitais le guide, l’homme providentiel

L’amant qui tue, l’être de Mars, immense raffut

Seulement, gesticulateur à rien, marionnette momie

Homme de peu de valeur, homme de rien, sexe

Négatif, sexe de rien, guide en rien

Essaimage en rien, essaimage nul, essaim essoufflé

Perdu, crétin, l’éden qui s’efface ici

L’instabilité du noir, l’habillement du triste

Alors que tes gypses étaient à mes yeux offerts

Tes couleurs à la Vlaminck, ton visage sans manières

Ton pampre magnifique au soleil flambant

 

Appel féminin enfin que j’aurais cru comprendre

Pâmoison à vos vues si terribles de vous

Pâlir à vos corps de trop d’infinis

Rareté de ces terrassements à tâtons

Sans méthode donc, et pourtant avec sentiments

Je peux perdre enfin de vous le peu de connu

Espérer l’envers du miroir, voir l’autre décor

L’or de tous vos corps, vos âmes multiples

Vous souffrez aussi, vous ; et moi, encore, encore

Perdre aussi cette vie indécente, bue à la lie

Puis à vomir où stagne l’ennui, l’impasse de la vie

Perdu, perdant et m’excusant, je n’aurais rien connu

Tout fait faux, tout mal aimé, tout se tromper

 

Et puis tant espérer pour toujours trop se tromper

 

.

 

Sur

http://www.frenchpeterpan.com

 

.

 

Henri_Lebasque_(1865-1937)2

NOVEMBRE

0
0

Novembre est venu et défait les arbres pour égrainer le temps. Un banc désespéré compte les souvenirs en attendant la pluie. La terre se repose, elle a tant œuvréà dire le bonheur à ceux-là qui l'attendent.
Novembre, c'est le temps où l'on chuchote aux ancêtres les mots du souvenir qui lentement s'estompe. C'est l'odeur des châtaignes dans les feux qui se ravivent à me parler de toi.
Les promesses d'un soir d'hier chevauchent les feuilles avant de faner et tendent des tapis roux en attendant l'hiver.
Des graines du printemps s'y cachent déjà, en murmures de soleil.

.

 

JOËL GRENIER

 

.

 

NOVEMBRE

 

 

LES DESESPERES

0
0

Se tiennent par la main et marchent en silence
Dans ces villes éteintes que le crachin balance
Ne sonnent que leurs pas pas à pas fredonnés
Ils marchent en silence les désespérés

Ils ont brûlé leurs ailes ils ont perdu leurs branches
Tellement naufragés que la mort paraît blanche
Ils reviennent d'amour ils se sont réveillés
Ils marchent en silence les désespérés

Et je sais leur chemin pour l'avoir cheminé
Déjà plus de cent fois cent fois plus qu'à moitié
Moins vieux ou plus meurtris ils vont le terminer
Ils marchent en silence les désespérés

Et en dessous du pont l'eau est douce et profonde
Voici la bonne hôtesse voici la fin du monde
Ils pleurent leurs prénoms comme de jeunes mariés
Et fondent en silence les désespérés

Que se lève celui qui leur lance la pierre
Il ne sait de l'amour que le verbe s'aimer
Sur le pont n'est plus rien qu'une brume légère
Ça s'oublie en silence ceux qui ont espéré.

 

.

 

JACQUES BREL

1966

 

.

SOLITUDE

 

 

LA CHANSON INTRADUISIBLE

0
0

Prendre sa main pour oreiller.
Le ciel le fait avec ses nuages,
La terre avec ses mottes
Et l’arbre qui tombe
Avec son propre feuillage.

Ainsi seulement peut s’écouter
La chanson sans distance,
Celle qui n’entre pas dans l’oreille
Parce qu’elle est dans l’oreille,
La seule qui ne se répète pas.

Tout homme a besoin
D’une chanson intraduisible.

 

.

 

ROBERTO JUARROZ

 

.

 

 

juarroz,

LA CANCION INTRADUCIBLE

0
0

Usar la propia mano como almohada.
El cielo lo hace con sus nubes,

la tierra con sus terrones
y el árbol que cae
con su propio follaje.

Sólo así puede escucharse
la canción sin distancia,
la canción que no entra en el oído
porque está en el oído,
la única canción que no se repite.

Todo hombre necesita
una canción intraducible.

 

.

 

ROBERTO JUARROZ

 

.

 

juarroz2,

 

 

ALBERT CAMUS

LA FAUSSE PAROLE...Extrait

0
0

Sans parole, je suis toute parole; sans langue, je suis chaque langue. D'incessants déferlements de rumeurs tantôt m'humectent et me font onde, tantôt m'affleurent comme d'un destin de calme promenade et me font sable, tantôt me choquent et me font roc. Je m'allonge en très immense et très docile plage où de vastes êtres collectifs, nerveux et tumultueux, abordent en gémissant élémentairement.

De tous les langages mêlés, j'entends se composer une sorte de non-langage indicidiblement rumoreux; et ce non-langage, je l'écoute en ces suprêmes efforts pour tenter d'atterrir.

*

J'ai besoin chaque nuit de devenir tous les hommes et tous les pays. Dès que l'ombre s'assemble, je m'absente de ma vie et  ces écoutes de radio, dont je me suis fait cadeau, m'aident à conquérir des fatigues plus reposantes en vérité que tout sommeil. Chinois, Japonais, Arabes, Espagnols, Allemands, Turcs, Russes font au-dessus de moi leur petit bruit, m'encouragent à quitter mes enclos; je saute le mur de l'existence individuelle; par la parole d'autrui, je goûte à de merveilleuses bamboches nocturnes où plus rien de moi ne m'espionne.

 

.

 

ARMAND ROBIN

 

.

 

 

Jean-Paul Neglot-Tolgen

Oeuvre Jean-Paul Neglot Tolgen

 

 

 

 

 

ORPHIQUES...Extrait

0
0

Quand  la  musique  de  mes  yeux  se  sera  tue

quand  mon  Ombre  descellera  le  jour  de  pierre

quand  mes  mains  ne  feront  plus  obstacle  aux  nuées

quand  mon  oreille  aura  son  lit  parmi  les  astres

quand  les  cieux  oubliés  ma  bouche  ensableront

 

Alors  l'amère  lassitude  du  néant

ayant  quitté ce  corps  qu'elle  avait  fait  pesant

et  Un  jusqu'à l'inanition,  après  des  âges

d'usure  contre  dieu  absent  et  de  désir

de  froids  et  résistants  mouvements  vers  l'absurde

centre  vertigineux  de  la  douleur  ignée,

ce  corps  qui  gravitait  satellite  des  morts

dans  l'orbe  rigoureux  tracé en  pure  gloire

par  Rien,  et  qui  jamais  ne  fut  écrit  en  rien

 

Alors  la  lassitude  illustre  d'être  un  moi

—  appareil  de  somptuaire  ennui  et  de  limites

mécanisant  de  l'œil  et  du  geste  le  Ciel  —

s'évanouira  dans  l'aube  tendre  de  son  vide

qui  l'enveloppe  et  la  pénètre  et  la  soutient.

Car  tout  est  vu  de  l'intérieur  par  son  absence

tout  prend  en  se  niant  sa  forme  la  plus  nue

qui  seule  comprend  dieu.  Ce  monde  que  je  fus

avare,  sans  un  vent  de  fraîcheur,  sans  un  arbre

ce  poids  en  dieu  de  la  détresse  de  mes  morts

jamais  il  n'inclina  vers  lui  les  douces  larmes

jamais  il  ne  défigura  le  front  du  ciel

Jamais  :  Ô nom  terriblement  muet  du  monde

que  je  fus  qui  ne  fut  jamais  car  Je  est  mort.

 

Mais  que  reprenne  la  musique  d'autres  yeux

qu'une  autre  Ombre  voilée  de  jour  mûrisse  l'aube

que  d'autres  mains  jouent  de  la  laine  des  nuées

qu'une  autre  ouïe  s'éveille  au  chant  de  nouveaux astres

que  d'autres  lèvres  soient  humectées  de  cieux  marins

.

PIERRE EMMANUEL

.

orphiques

PRESENT INTERIEUR...Extrait

0
0

à Josette Ségura

 

Du monde tu ne vois

que le verso

mais ce soir tu as rendez-vous

avec la page blanche

 

A cet instant

le monde

ne fait que commencer

 

Rien sur la table

d’écoute

hors le bruissement du papier

des feuillages ailés

 

à peine ce mouvement de paupières

dans le silence

 

et sous ta plume

l’écriture des herbes couchées par le vent

 

.

 

GILLES BAUDRY

 

.

 

 

 

BAUDRY

 

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

0
0

Avoir conscience de ma vie finie.
De l’infinité infinie immanente des mondes.
De la relativité de toute connaissance.
Le plaisir et le déplaisir parfois de regarder,
d’entendre de sentir de penser
les choses, humaines et non humaines,
l’obscurité et la lumière.

Trouver des mots pour essayer de dire.
Écrire ce quelque chose qu’on appelle un poème,
sachant qu’on ne sait pas
ce que c’est .

 

.

 

LORAND GASPAR

 

.

 

gaspar